Nous sommes sur la belle île de Martinique, sous le grand marché couvert de Fort-de-France

Centre-ville de Fort de France en Martinique
Centre-ville de Fort de France en Martinique © Getty / Bruno de Hogues/Gamma-Rapho via Getty Images

On a parcouru 7 000 kilomètres, pour vous emmener aujourd’hui, en Martinique, à Fort de France... On tombe vite sous le charme de celle qu’on appelle « la capitale de la Martinique ». On aime flâner dans les ruelles du centre-ville, avec ses petites maisons toutes étroites, sur deux ou trois étages. Leurs couleurs chaudes : rouge, jaunes, bleu rappellent les tissus des robes et des fichus que portent traditionnellement les femmes de l’île.

Et comment parler de Fort de France, sans évoquer Aimé Césaire ?  On croise son effigie à chaque coin de rue. L’écrivain-poète en a été le maire pendant 56 ans !

On est aussi passé devant des clubs de danse, où des groupes de femmes répètent au vue de tous, dès la nuit tombée. On a vu encore cette mère et ses enfants qui dansent sous un kiosque face à la mer, sur des airs de biguine, en attendant que la pluie cesse de tomber.

Ce matin, on est à l’abri sous le grand marché couvert de Fort de France. On va en prendre plein les yeux et les narines avec toutes ses couleurs, ses saveurs et ses senteurs.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour ce « Rendez-vous place du marché à Fort de France », on s’intéressera à l’un des plus gros scandales sanitaires et environnementaux, le Chlordécone. On verra comment ce pesticide ultra-toxique, a pollué les sols de la Martinique et de la Guadeloupe pendant des décennies. Et comment il a contaminé plus de 90 % de la population. 

On rencontrera aussi des pères célibataires qui s’unissent pour élever au mieux leurs enfants et un amoureux du créole nous racontera son combat pour réconcilier cette langue et les jeunes générations.

Et à l’heure de l’apéro, on découvrira des délices de l’île, dans une ambiance de carnaval.

En photos : par ordre : de 1 à 5 : le Plastic system Band; 6 : Josiane Jos Pelage, 7 : Camelia Fimbou, 8 : Marc-François Calmo, 9 : Kofi Jicho Kopo, 10 : Joël Jacaria, 11 : Carole Michel

La carte postale

Rencontre avec le disquaire de musique traditionnelle martiniquaise Alfred Defontis dans sa boutique DAT prod

Nos invités : 

  • Josiane Jos Pelage, pédiatre, présidente de l'AMSES, « l’Association Médicale de Sauvegarde de l’environnement et de la santé en Martinique »
  • Marc-François Calmo, président de l'association L'APAPAM (l'association des papas de la Martinique)
  • Camélia Fimbou, co-fondatrice de l'association L'APAPAM, professeure de droit public
  • Kofi Jicho Kopo, diplômé des langues et cultures régionales, défend la langue créole sur les réseaux sociaux :  la chaine youtube de Kofi Jicho Kopo ; le compte Instagram de Kofi Jicho Kopo le compte facebook de Kofi Jicho Kopo
  • Le Plastic System Band, l'ensemble musical, qui fait du carnaval de Martinique, depuis plus de 40 ans, un moment inoubliable : le groupe est une institution ! José Jacaria est son président. 
  • On remercie Carole Michel qui nous a accueillis à son restaurant sous la halle du marché, elle nous parle des épices qu'elle cuisine dans ses plats 

Article de Martinique 1ère sur l'Apapam

Programmation musicale 

  • MARINERO : « Through the fog »
  • Jenny ALPHA : « Douvan pote doudou ».
  • Pomme : "Les sequoias"
L'équipe
Contact
Thèmes associés