Qwant, le moteur de recherche Made in France
Qwant, le moteur de recherche Made in France © Qwant

- Qwant, le nouveau moteur de recherche Made in France

Le fond est blanc et le logo inscrit en lettres colorées, ce qui n'est pas sans rappeler un autre moteur de recherche en G : Google, qui écrase le marché français, après près de 90% de parts de marché. C'est à cette forteresse que s'attaque Qwant.

Le lancement officiel, c'est aujourd'hui dans 15 langues et 35 pays. Fonctionnement : vous tapez un mot clef dans la barre de recherche, "Qwant" par exemple.

4 colonnes se forment : "Web", "Live", "Social" et "Shopping".

La colonne "Web" est classique, c'est une recherche de base. ."Live" recense les articles, à la manière de Google Actus. Au moment d'écrire cette chronique, pour le mot Qwant, on trouve un seul lien vers Lefigaro.fr qui a interviewé l'un des fondateurs.

Filmé, Jean-Manuel Rozan, l'un des fondateurs de Qwant explique notamment que le projet a été gardé secret deux ans "pour éviter de donner de bonnes idées aux concurrents ".

Selon lui, la bonne idée, c'est la colonne "Social" / Réseaux sociaux qui recense tout ce qui se dit sur le sujet sur Twitter, Facebook, etc. C'est très pratique, mais mieux vaut bien régler les paramètres de sécurité de son compte Facebook, par exemple, si l'on ne veut pas que notre profil soit affiché en Une.

- Sous-surveillance.net : un collectif d'extrême gauche recense les caméras de surveillance en France

L'origine : rebellyon.info, un site d'information alternatif basé à Lyon.

L'été dernier, les militants décident de fêter les 10 ans de la vidéosurveillance de manière un peu particulière : ils prennent sacs à dos, papier, crayon et se promènent le nez en l'air, et l'oeil attentif pour détecter les caméras qu'on ne remarque pas ou plus parfois.

Un site est créé : sous-surveillance.net. A Lyon d'abord et puis ces derniers mois à Angers, Clermont Ferrand, Tours, Rennes, Toulouse ou encore Paris.

Le site est participatif. Si vous repérez une caméra publique ou privée, vous pouvez aller sur le site, et la signaler sur la carte. Il y a un côté amateur dans ce site avec parfois des pannes, c'est le cas ce matin par exemple. Il faut être un peu patient, mais ça vaut le coup. Si vous êtes plutôt du genre à trépigner, vous pouvez avoir un avant-goût : à Paris, par exemple, le site internet de la préfecture recense ses caméras. Vous pouvez télécharger le fichier en PDF ici.

Mais il vous manquera celles des magasins, des banques, et même parfois des particuliers.

- Orange : une mégapanne passée sous silence

C'est le journal Les Echos qui relate l'évènement en quelques lignes dans son édition papier datée du mercredi 13 février 2013. On apprend que "dans la nuit du 14 au 15 décembre, le réseau mobile d'Orange a été frappé par une panne de grande ampleur ".

Selon Les Echos , elle aurait duré 6 heures et touché des millions de personnes. Une panne "comparable" à celle du mois de juin 2012. Mais cette fois, la plupart des utilisateurs dormaient.

- Une alerte aux zombies à la télé US

"Les téléspacteurs d'une chaine du Montana ont du se demander si l'heure de la zombie apocalypse avait sonné" relate 20minutes.fr.

Ils étaient tranquillement installés devant leur télé quand tout à coup ils entendent et lisent sur leur écran : "Les autorités civiles de votre zone signalent que les morts sortent de leurs tombes et attaquent les vivants ". "N'essayez pas de les approcher ils sont extremements dangereux ".

En fait, c'est le système d'alerte d'urgence de l'Etat du Montana qui a été piraté. Un système mis en place durant la guerre froide pour avertir d'une attaque imminente. Aujourd'hui, il sert surtout pour les "alertes météo et catastrophes naturelles ".

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.