- Des entreprises chinoises soupçonnées d'espionnage. La commission du renseignement du Congrès américain a enquêté pendant 11 mois sur les équipementiers chinois ZTE et Huawei. Ses conclusions sont très sévères : il faut bannir le matériel, principalement des routeurs, de ces deux constructeurs, des coeurs du réseau américain car il représenterait une menace pour la sécurité du pays. Des accusations injustifiées pour Lin Cheng, le vice-président Europe de ZTE . Déjà au moins de juillet dernier, le sénateur Français Jean-Marie Bockel pointé du doigt ZTE et Huawei dans son rapport sur la cyberdéfense. Mais derrière ces accusations de cyber-espionnage qui se multiplient n'y aurait-il pas aussi des enjeux économiques voir stratégiques? ZTE comme Huawei sont de plus en plus présents notamment parce qu'ils offrent un matériel particulièrement bon marché. Pour Eric Filiol, expert français en sécutité informatique , il n'y a pas que les équipementiers chinois qui font du cyber-espionnage.

- Record de propos antisémites sur Twitter. C'est le site Jewpop.com qui s'est ému le premier de ce phénomène. Mercredi dernier le hashtag est apparu en 3eme position des sujets les plus twittés en France. Un hashtag qui accompagne des dizaines et des dizaines de commentaires antisémites ou de blagues sur la Shoah. Dans un communiqué, l'Union des Etudiants Juifs de France s'indigne de ce record de propos antisémites, il demande un rendez-vous en urgence avec les responsables de Twitter France et menace même de porter plainte.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.