Boston : "le business macabre"

boston sous le choc
boston sous le choc © reuters

C'est la Une du Huffington Post ce matin. "Certains internautes surfent déjà sur les attentats" explique le journal en ligne. Ce marathon, était dédié aux victimes de la tuerie de l'école maternelle de Newtown. Alors, des photos d'enfants ont commencé à circuler. Un petit garçon, dossard sur le dos, présenté comme victime de l'attentat. Ou cette petite fille, lunettes, cheveux blonds, elle aussi victime supposée de Boston. Deux photos mensongères "retweetées des milliers de fois".L'intérêt : les fans, gagner des abonnés pour augmenter son audience sur les réseaux sociaux. Certains ont aussi voulu gagner de l'argent. Vente aux enchères de souvenirs de la course, sur Ebay, quelques heures après l'attaque. Autocollants : 5 dollars. Médailles : 100 dollars. "Tout pour soutirer quelques sous aux bonnes âmes", ajoute le site d'information en ligne Presse Citron. Les fausses associations caritatives fleurissent. Au moins 125 sites créés en rapport avec les attentats. Pas tous honnêtes, loin de là.

Batvox : le logiciel "qui a fait tomber Jérôme Cahuzac"

Sur le site de la société espagnole Agnitio, une photo de l'ex ministre, la tête comme transpercée par des ondes. Rien à voir avec la prise de parole de Jérôme Cahuzac hier soir. La société espagnole se félicite depuis plusieurs jours déjà : son logiciel "Batvox" a permis d'identifier la voix de Jérôme Cahuzac dans un enregistrement.Pour raconter son histoire, la société a mis en ligne un article de 01 net.

"Ce qui m'embête c'est que j'ai toujours un compte à l'UBS" : cette phrase enregistrée sur un répondeur téléphonique, est à peine déchiffrable. La bande est parasitée, elle "crachote".Batvox intervient alors. La voix est representée sous forme de courbe et comparée à d'autres déclarations de l'ex ministre. La méthode n'est pas fiable à 100% : 2 chances sur 3 que ce soit Jérôme Cahuzac. Mais ça a été un élément clef dans l'ouverture de l'information judiciaire. Batvox est utilisé par la plupart des polices européennes.

Le Bitcoin : monnaie virtuelle sur Internet

Bitcoin
Bitcoin © Radio France

1 bitcoin = 8 euros fin 2012. 204 euros la semaine dernière. Et ... environ 50 euros ce matin. Le bitcoin a été créé en 2009 par un mystérieux Japonais, Satoshi Nakamoto. Pour en acheter, il faut aller sur un site type Bitcoin-Central. Vous faites un virement bancaire et voilà, vous avez un portefeuille virtuel plus ou moins rempli de bitcoinsOn peut acheter beaucoup de choses : des fleurs, des livres, des services informatiques. Mais souvent sur des sites assez confidentiels ou tenus par des personnes qui s'intéressent à l'informatique et aux nouvelles technologies. Les transactions sont sécurisées, plus rapides qu'avec la carte bleue et pas de frais bancaires Votre banquier ne sait plus du tout ce que vous faites avec votre argent.

Trop mystérieux, trop risqué?

Ecoutez Philippe Herlin, chercheur en finance

__ Cet argent invisible sert parfois à payer des activités illicites. Autre bémol : le bitcoin est particulièrement instable. Le placement est donc intéressant... mais risqué. _Le reportage de Julie Pietri diffusé dans le [journal de 7h30](http://www.franceinter.fr/emission-le-journal-de-7h30-podcast-19)_
__ ### Plus de 100 millions de vues Youtube pour Gentleman
Le nouveau clip du chanteur sud coréen Psy a dépassé les 100 millions de vues sur Internet. Un clip où le chanteur apparaît, vulgaire, graveleux, tout sauf un "Gentleman".On est encore loin des 1 milliard 500 millions de vues de "Gangnam Style".
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.