- Amazon : des gardes néo nazis pour surveiller les intérimaires étrangers ?

Amazon, l'entreprise grace à laquelle on peut tout acheter sur internet en 1 clic, machines à café, smartphones ou chaussures userait de méthodes plus que douteuses avec ses employés.

Dans un reportage diffusé la semaine dernière sur la chaîne de télévision allemande ARD, on apprend que les intérimaires étrangers qui travaillent dans les centres de distribution Amazon en Allemagne seraient surveillés par les membres d'une société proche des milieux néo-nazis. La vidéo est visible ce matin sur de nombreux sites d'information en ligne dont latribune.fr .

On suit ainsi des intérimaires hebergés à l'ouest de d'Allemagne. Beaucoup sont étrangers : beaucoup d'Espagnols, qui ont quitté leur pays à cause de la crise. En pleine nuit, on les voit sortir de leur village vacances pour aller au travail. Pour les encadrer : des vigiles d' "H.E.S.S security", "une référence probable à Rudolph Hess, l'un des proches collaborateurs d'Adolph Hitler" commente Latribune.fr. Uniformes noirs, bottes militaires, leur patron est connu des services de police pour ses idées et activités néo nazies. Selon les témoignages d'intérimaires, ces agents iraient jusqu'à entrer dans les chambres... "pour vérifier que les employés ne volent pas les petits pains du déjeuner".

Dans ce reportage, on apprend également que les intérimaires étrangers sont trompés. Quand ils partent de leur pays, souvent en bus, on leur promet un salaire 10% plus élévé que ce qu'ils vont toucher en réalité. Devant ces accusations, Amazon dément, dit "ne tolèrer en aucune manière la discrimination ou l'intimidation". "Nous rejetons tout comportement de ce type".

L'Allemagne s'émeut. La ministre du travail demande une enquête approfondie. 5 000 étrangers travaillent aujourd'hui dans les centres de distribution d'Amazon en Allemagne.

- Des photos privées de Ramzan Kadyrov sur le Net

Photos instagram via alihan777
Photos instagram via alihan777 © alihan 777

C'estSlate.fr qui relaie l'information.

Des photos personnelles du président tchétchène alimentent le web : 300 depuis quatre mois.

Elles circulent sur un compte Instagram, service de partage de photos sur Internet. Sur ces photos, on peut voir le diactateur conduire un véhicule tout terrain, poser avec une carpe ou une autruche... ou avec ses amis, une kalachnikov en mains. Qui est derrière la publication de ces photos? Pas de certitudes. Mais le président n'en est visiblement pas gêné.. Il a relayé lui-même plusieurs fois ces photos via Twitter.

Ramzan Kadyrov, qui a ouvert son compte Twitter en juin 2012, tente "de se refaire une image, marquée par des tortures, enlèvements et meurtres" écrit slate.fr avant d'ajouter : "cette tradition de mise en scène de la virilité est largement utilisée par son allié Vladimir Poutine" qui affectionne les posture héroiques et belliqueuses.

 

- Après Gangnam Style, The Harlem Shake

Selon Youtube, 12 000 vidéos de "Harlem Shake" auraient été postées sur la toile. Tout commence le 2 février. Quatre jeunes dansent n'importe comment sur "The Harlem Shake", morceau de musique électronique signé Baaur. Depuis, les déclinaisons se répandent : au travail, dans la rue, à l'armée, etc.

Le principe : la première partie de la vidéo est paisible. On voit les personnes dans des scènes banales du quotidien. L'image disparaît et tout à coup, les personnages resurgissent en train de se déhancher, de danser frénétiquement. Parmi eux au départ, il y a souvent un personnage le visage caché par un casque de moto.

Harlem Shake ne sert à rien. C'est un peu ridicule. Mais ça marche.

Slate.fr remet un peu les pendules à l'heure : "Le vrai Harlem Shake existe"... C'est un "mouvement de danse du début des années 80, né dans le quartier new yorkais de Harlem". Son surnom, alors : "la secousse alcoolique".

Plus sérieusement, leplusnouvelobs s'inquiète, par la voix d'un consultant en sémiologie : "un environnement paisible dans la 1ère partie de la vidéo se transforme en un lieu orgiaque, ou tout semble permis, défoulement total, déguisements improbables, quasi nudité, actes sexuels mimés". "L'ordre devient chaos."

Un appel à la révolution ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.