Mediapart gagne des sous

C'est la deuxième année de suite que le site d'Edwy Plenel est excédentaire. C'est une bonne nouvelle pour la presse en ligne qui cherche depuis plusieurs années son modèle économique. Le Conseil d'administration de Mediapart s'est tenu hier. Bilan : 700 000 euros d'excédents. L'année dernière, Mediapart avait dégagé près de 600 000 euros de profits pour un chiffre d'affaire évalué à 6 millions d'euros. Avec 60 000 abonnés et une quarantaine d'employés, Mediapart est donc en grande forme et pourrait inspirer ses petits camarades de la presse en ligne. Le quotidien économique Les Echos qui a complétement refait son site le mois dernier a adopté ce système d'abonnement. Même chose pour Libération qui devrait aussi faire payer ses contenus d'ici cet été. Un modèle économique semble donc s'imposer pour la presse en ligne. Ca s'appelle le paywall. L'idée, c'est de proposer des articles gratuits jusqu'à un certain seuil et après on paye.

The big Internet museum

thebiginternetmuseum.com est un site hollandais créé par trois créatifs, Dani Polak, Joep Drummen et Joeri Bakker.Ils ont sélectionné une soixantaine de phénomènes web qui balisent l’histoire d’Internet. Vous trouverez par exemple Facebook, Instagram ou Twitter pour citer les outils plus connus. Mais aussi, le jeu vidéo World of Warcraft, le format .gif ou les vidéos les plus loufoques et les plus vues sur Youtube comme celle du Numa Numa guy. Comme dans un vrai musée, la collection est divisée en plusieurs ailes thématiques. Vous avez par exemple, l’aile des médias sociaux où vous découvrirez l’histoire de la première messagerie instantanée IRC, une autre aile est consacrée aux périphériques comme la webcam ou le smartphone. Le musée est destiné à évoluer. Les internautes proposent des phénomènes web qui pourraient intégrer la collection permanente. Pour faire entrer un phénomène web dans la collection permanente, il faut voter et ça se passe directement sur la page du musée, thebiginternetmuseum.com.

La vidéo du jour est un "fake"

Plus d'un million de vues en quelques heures. C'est La vidéo qui a affolé les réseaux sociaux hier. Un homme filme un aigle royal. Nous sommes dans un parc de Montréal. Le rapace vole en cercle au-dessus d'une grande pelouse. Tout à coup, l'aigle pique sur un enfant qui est assis dans l'herbe. Il l'attrape, il le soulève sur quelques mètres puis le relâche quatre ou cinq secondes plus tard. Stupeur du caméraman qui se précipite pour réconforter l'enfant. Toute la journée, les internautes ont débattu sur la véracité de cette vidéo. Conclusion : c'est une supercherie. Les auteurs de ce canular sont trois étudiants en animation 3D. C'est leur école, le Centre national d'animation et de design qui a révélé l'information hier soir. Ce matin, plus de 13 millions de personnes avaient déjà vu la vidéo.

L'Ayatollah Khamenei, le guide suprême en Iran est sur Facebook

17 700 internautes ont liké la page en une semaine. Selon l'agence de presse iranienne Mehr, le compte a bien été créé par les services de l'Ayatollah Khamenei. On y trouve des photos des déplacements du guide, des enregistrements audio de ses discours et une vidéo de promotion de la République islamique. Comme, c'est sur Facebook, les internautes peuvent bien entendu commenter les contenus postés. Il y a de tout : un internaute affirme vouloir sacrifier sa vie pour le guide. Un autre regrette que Facebook n'ait pas créé un bouton "je hais" plutôt que "j'aime". Pour le moment, les services du guide suprême n'ont pas communiqué sur l'existence de cette page.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.