Trois jeunes Londoniens viennent de lancer une campagne intitulée "Stop aux Cyborgs" .

C'est très sérieux. D'abord, qui sont ces cyborgs ? Peut-être nous tous, d'ici quelques années. Le géant Google va lancer en 2014 ses "Google Glass", des lunettes qui affichent des informations en surimpression de la vue classique. En clair, vous êtes perdu, vous cherchez votre chemin, il suffit de dire à vos lunettes où vous voulez aller et un plan s'affiche instantanément dans votre champ de vision. Le mois dernier, Google a mis en ligne une vidéo de présentation de son nouveau joujou.

Il suffit de dire "okay, glass, prends une photo (ou une vidéo)" et ce que vous voyez est enregistré. Une innovation dangereuse pour les anti-Google Glass, selon Slate.fr. La campagne "Stop The Cyborgs" a été lancée pour "éviter un futur dans lequel la vie privée est impossible et le contrôle des entreprises total".

Effectivement, quid du droit à l'image, comment savoir si les lunettes sont en train d'enregistrer ou non ? La fronde anti-Google s'intensifie sur Internet, mais pas seulement...

Aux Etats-Unis un bar de Seattle a déjà mis une affichette à l'entrée : "Google Glass interdites !", alors qu'elles ne sont pas encore commercialisées. Il faudra donc attendre 2014. Prix de départ : 1.500 dollars !

En attendant d'avoir des Google Glass, de plus en plus villes françaises développent leur propre application pour smartphones et tablettes.

Le site de France Télévisions nous apprend que Vaucelles dans le Calvados est le premier village de moins de 1.000 habitants à offrir ce service depuis quelques jours.

Alors que trouve-t-on sur cette appli gratuite ? Eh bien par exemple les horaires d'ouverture de la déchetterie, le compte-rendu du dernier conseil municipal, l'agenda des manifestations. Pour le moment, sur les 376 habitants de Vaucelles, ils sont une petite vingtaine à l'avoir déjà téléchargée.

La commune a déboursé 2.000 euros pour la création de cette appli.

Le Salon du Livre ferme ses portes ce lundi soir à Paris, à cette occasion, l'Institut national de l'Audiovisuel a mis en ligne une vidéo pour le moins étonnante.

1964 : le Livre de poche est une invention récente, le premier est sorti 10 ans auparavant. C'était une révolution : 2 francs à l'époque, soit 30 centimes d'euros.

Mais on ne s'en souvient pas forcément, il y avait de farouches opposants au livre de poche. l'Ina vient nous le rappeler avec cette interview d'un jeune étudiant en médecine. Le journaliste lui demande s'il croit "faire partie d'une aristocratie des lecteurs"... voici sa réponse.

Toujours à l'occasion du Salon du Livre, le [Huffington Post ](http://www.huffingtonpost.fr/2013/03/22/livres-auto-edition-france-publication_n_2934497.html?view=screen ) consacre un dossier à l'auto-édition en ligne.

De plus en plus de sites proposent de transformer son manuscrit au format électronique et de le vendre sur des plateformes spécialisées comme www.monbestseller.com... Ce site vient d'ailleurs de commander une enquête à l'institut Ifop.

Résultats intéressants : 17 % des Français déclarent avoir écrit au moins un manuscrit et 55 % d'entre eux se disent prêts à le publier sur Internet.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.