Par Philippe Bardonnaud

Sur le plan économique, on peut dire que 2012 a été une année de confirmation et de consolidation. Pas de grande surprise donc, et comme les marchés ont horreur de l’incertitude, leur confiance dans le secteur s’en trouve renforcée. C’est du moins l’avis d’un expert, Henri de Bodinat, Président du fonds spécialisé en Télécom Internet et Média, Time Equity Partners.

Interview d’Henri de Bodinat, Président du fonds spécialisé en Télécom Internet et Média Time Equity Partners

__

Autre phénomène significatif : le volume des ventes.

En volume de ventes, les tablettes représentent désormais une vraie part de marché : il s’en est vendu 120 millions dans le monde entier, alors que pour la première fois depuis 2001, les ventes d’ordinateurs sont en baisse : 348 millions contre 352 millions l’an dernier.

Quant aux smartphones, il s’en est vendu 570 millions. D’ailleurs, 2012 a aussi été l’année de la remise en cause de la suprématie de la marque lancée par Steve Jobs . Et c’est pourquoi le jugement rendu en Californie, condamnant Samsung à verser plus d’un milliard de dollars à Apple pour violation de brevet revêt une importance capitale : s’il est confirmé en appel, il condamnera tous les industriels qui utilisent androïd à revoir leur stratégie, redonnant un avantage fantastique à la marque à la pomme.

2012 a aussi été, du côté des réseaux sociaux, une année de consolidation . Facebook a bien sûr un peu loupé son arrivée en bourse, au mois de mai. Valorisé à 104 milliards de dollars (un record), le groupe a aussitôt perdu près de 50% : un titre vendu 38 dollars au cours d’introduction en valait à peine 20 quelques jours plus tard. Pourtant, Pierre-Lou Dominjon, spécialiste du marketing sur les réseaux, pense qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, il l’a dit à Marion L’Hour.

Interview de Pierre-Lou Dominjon, spécialiste du marketing sur les réseaux

Enfin, 2012 a été pour nous en France, l’année de l’arrivée du quatrième opérateur de téléphonie mobile . Signe des temps, c’est sur son compte Twitter que Xavier Niel le patron a détaillé sa première offre tarifaire le 10 janvier, juste avant de tenir une conférence de presse qui avait tout du one man show…(Propos recueilli par Régis Lachaud)

Interview de Xavier Niel, PDG de Free

On a vu, depuis, que cette offre si avantageuse pour les consommateurs, avait quelques retombées plutôt désagréables, notamment sur le plan social chez ses concurrents. Le rééquilibrage de ce marché-là est prévu par les analystes pour les prochains mois. Une histoire à suivre, donc…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.