Les pro Assad en ordre de bataille... virtuelle

bachar al assad lance un appel à la mobilisation
bachar al assad lance un appel à la mobilisation © reuters

Depuis quelques semaines, les membres d'une mystérieuse "Armée Electronique Syrienne" multiplient les piratages informatiques.

C'est en quelque sorte l'autre conflit syrien.

Le dernier exemple, le plus spectaculaire : " Deux explosions à la maison blanche. Barak Obama blessé". Ce tweet a été publié sur le compte d'une agence de presse américaine, l'Associated Press, le mardi 23 avril. Un faux message bien sûr... qui a provoqué une brève panique et la chute, temporaire, du Dow Jones.

Autre exemple : il y a une semaine Sepp Blatter, le président de la FIFA annonce également sur son compte Twitter qu'il démissionne, parce qu'il a été corrompu par le Qatar.

A chaque fois le démenti est rapide. A chaque fois, derrière l'attaque : des hackers syriens qui disent soutenir Bachar Al Assad.

Leur but : faire du bruit. Montrer qu'Al Assad n'est pas isolé. Et que non, les cyberdissidants à l'oeuvre durant les révolutions arabes ne sont pas les seuls à maitriser l'outil internet.

Ecoutez Karim Bitar, directeur de recherche à l'IRIS, Institut de relations internationales et stratégiques

Au début, les attaques informatiques étaient assez classiques, voire "primaires"... elles sont devenues de plus en plus sophistiquées. Exemple d'action "primaire" : aller sur un site, y introduire une photo de Bachar Al Assad et écrire en légende "le peuple syrien soutient son leader bien aimé". Aujourd'hui, on est plus dans la guerre du désordre, en clair tenter de destabiliser l'adversaire.

Ecoutez François Bernard Huygues, spécialiste des questions d'information et de stratégie à l'IRIS

Comment est financée cette Armée electronique syrienne? Le financement de cette Armée électronique syrienne reste assez opaque. Les spécialistes évoquent d'un côté des électrons libres, des hackers patriotes, pas payés par le régime et de l'autre des hackers directement pilotés. Ceux-là disposent de moyens d'Etat comme le contrôle des fournisseurs d'accès à Internet et le "flicage" des cyberdissidants. Les effets sont donc visibles à l'internationale ... et en interne.

Une terreur intellectuelle pour François Bernard Huygues, spécialiste des questions d'information et de stratégie à l'IRIS

France : la cybersécurité au coeur du nouveau Livre Blanc sur la Défense

deux scénarios à l'étude pour "le livre blanc" de la défense
deux scénarios à l'étude pour "le livre blanc" de la défense © reuters

A lire ce matin sur le site internet de l'ANSSI, Agence nationale de la sécurité des systémes d'information. Attention,explique l'agence, aujourd'hui les attaques visent surtout les domaines scientifiques et économiques mais leurs conséquences pourraient devenir encore plus graves. Jusqu'au "déclenchement de catastrophes écologiques et technologiques".

Quelques préconisations : mieux appliquer les régles de sécurité ou encore obligation de signaler les incidents.

De nouveaux experts seront recrutés et les étudiants seront bientôt formés à la sécurité informatique de base dans l'enseignement supérieur.

Buckingham Palace cherche cuistot royal

Reine Elizabeth II
Reine Elizabeth II © brmurray

La petite annonce a été diffusée sur Internet. Cherche sous chef, salaire annuel 27 000 euros. Qualifié pour banquets de 200 couverts et réceptions de 800 personnes.Avoir travaillé dans un restaurant étoilé est un plus.

Il faudra connaître la cuisine francaise ... et dormir plusieurs mois par an dans divers chateaux.

Avis aux intéressés. Vous pouvez postuler ici jusqu'au 10 mai.

Nabilla "virée" de Wikipedia

La Bimbo des "Anges de la téléréalité" connaît son moment de gloire grâce à son "Allo, non mais allo quoi?" Elle n'a pas été jugée digne d'être sur Wikipedia, l'encyclopédie en ligne alors que Pierre-Edouard du loft 1 a sa place. "Manque de recul", ont argué les membres de la communauté des modérateurs. La suppression de ce compte a été décidée après 14 jours de débat en interne d'après rue89. Les arguments d'un Wikipedien ici.

Nabilla
Nabilla © / Capture d'écran
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.