La Haute Autorité de Santé vient de réévaluer négativement les médicaments destinés à traiter la maladie d'Alzheimer et demande leur déremboursement.

La maladie d'Alzheimer, qui entraîne une disparition progressive des neurones, est de plus en plus commune
La maladie d'Alzheimer, qui entraîne une disparition progressive des neurones, est de plus en plus commune © Getty / Andrew Bret Wallis

Dans leur avis publié le 21 octobre 2016, les experts de la Commission de Transparence de la HAS sont formels :

Au regard de l’absence de pertinence clinique de l’efficacité de ces médicaments et des risques de survenue d’effets indésirables, la Haute Autorité de Santé considère qu’Ebixa, Aricept, Exelon, Reminyl, ainsi que leurs génériques, n’ont plus de place dans la stratégie thérapeutique de la maladie d’Alzheimer.

Cela fait dix ans que les médecins généralistes et de trop rares gériatres alertent les pouvoirs publics sur ces médicaments qui ne servent à rien et dont ils redoutent les effets secondaires chez leurs patients âgés. Dix ans qu’ils ne sont pas écoutés tant le pouvoir d’influence de certaines associations ou experts liés aux fabricants de ces médicaments faussent le travail des commissions. En 2007, la même Haute Autorité de Santé considérait que ces médicaments rendaient un service médical important aux patients...

Lorsqu’un médicament fait l’objet d’une telle évaluation négative par la Haute Autorité de Santé, le Ministère de la santé décrète habituellement l'arrêt de son remboursement par l’Assurance-maladie. Or, Marisol Touraine a immédiatement fait savoir que ce ne sera pas le cas, au moins à court terme. Ces médicaments qui coûtent plusieurs centaines de millions d’euros par an resteront remboursés.

La dernière fois qu’un ministre de la santé n’a pas suivi l'avis de la HAS à propos d'un déremboursement, c’était en 2006 et le médicament concerné était le Médiator.

L'avis de la HAS du 21 octobre 2016

L''article de Philippe Nicot, médecin généraliste expert.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.