La consommation de produits laitiers est recommandée avec vigueur par le Programme National Nutrition Santé en tant que source de calcium pour notre squelette. Or, si le lait reste essentiel chez les jeunes mammifères humains, la recommandation d'en consommer quotidiennement est controversée chez l'adulte.

Les produits laitiers sont-ils indispensables ?
Les produits laitiers sont-ils indispensables ? © Getty / fcafotodigital

Le débat scientifique est impacté par la collision entre des intérêts économiques considérables, des éléments gastronomiques (nos fromages !), et surtout le succès croissant du véganisme et de l’antispécisme

La science tente de nous apporter des réponses, via notamment la publication récente d’une synthèse des travaux sur l’impact des produits laitiers sur l’ostéoporose, ce vieillissement des os qui les rend plus fragiles.

Un manque de preuves solides

Apprécier avec certitude l’intérêt des laitages nécessiterait une étude randomisée, le standard scientifique pour évaluer l’effet d’une stratégie médicale. Un telle étude nécessiterait de persuader plusieurs milliers de sujets d’être tirés au sort pour consommer ou au contraire éviter les produits laitiers pendant 10 ans. C’est quasiment infaisable. 

Alors, comme pour beaucoup d’aliments, nous n’avons pas de certitudes, et deux voies s’ouvrent alors aux médecins : tout d’abord, se taire. Cela paraît idiot dit comme ça, mais quand on n'est pas sûr du bien-fondé d’un conseil qui touchera des millions de gens, le silence est souvent une option sage, à défaut d’être valorisante ! La deuxième voie, qui est malheureusement presque toujours choisie, consiste à se contenter  d’études peu fiables, faute de mieux, pour avoir quand même quelque chose à dire sur l’intérêt des laitages pour nos os.

Or cette excellente synthèse publiée en mars dans la revue Critical Reviews in Food Science and Nutrition montre que les études disponibles aboutissent à des résultats contradictoires : les laitages se révèlent tantôt protecteurs, tantôt délétères pour nos os. Ce qui est intéressant dans ce travail, c’est que les auteurs ont séparé les études qu’ils ont analysées en deux groupes : les peu fiables et les presque fiables, puisque je vous rappelle que nous n’en avons aucune de véritablement fiable.

L'effet positif ressort surtout d'études de qualité médiocre

Les études peu fiables vont dans le sens d’un effet positif des produits laitiers, alors que les presque fiables vont dans le sens contraire en montrant une augmentation du risque de fracture proportionnelle à la consommation de laitages ! Tout ça n’est pas très convaincant.

Les experts devraient donc surtout se taire, puisque nous n'avons aucune certitude, et les gens pourraient alors faire ce qu’ils veulent, en fonction de leurs goûts et de leurs convictions. 

Il faut arrêter de croire que la science sait répondre à toutes les questions concernant les vertus des aliments. La part d’incertitude reste colossale. La seule chose certaine, ce que l’alimentation française va de pair avec une longévité très supérieure à la moyenne, et il est donc urgent de ne rien changer.

Source :
MALMIR, Hanieh, LARIJANI, Bagher, et ESMAILLZADEH, Ahmad. Consumption of milk and dairy products and risk of osteoporosis and hip fracture: a systematic review and Meta-analysis. Critical reviews in food science and nutrition, 2019, p. 1-16.MLA doi.org/10.1080/10408398.2019.1590800

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.