La Concertation citoyenne lancée par Marisol Touraine autour de la controverse sur le dépistage du cancer du sein vient de publier son rapport final.

Journée de sensibilisation au cancer du sein dans le cadre de l'opération Octobre Rose
Journée de sensibilisation au cancer du sein dans le cadre de l'opération Octobre Rose © Getty / PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Face à la controverse scientifique autour de la pertinence d’un dépistage de masse du cancer du sein par mammographie, Marisol Touraine a confié à l’institut national du cancer l’ INCa l'organisation d' une grande consultation publique pilotée par un comité d’orientation indépendant. Ce comité était chargé d’étudier les données disponibles et d’auditionner les différents acteurs de la controverse, y compris de simples citoyennes qui veulent savoir si elles ont raison de se laisser aplatir et irradier les seins tous les deux ans.

Le Comité d’orientation a rendu son rapport à la ministre mi-septembre. Il a été mis en ligne mardi. Ce rapport est très critique vis-à-vis du dépistage organisé, dont il constate le faible bénéfice et les inconvénients trop peu connus des femmes concernées. Les membres du Comité soulignent le flou inquiétant qui règne autour des données scientifiques : sur 1000 femmes qui réalisent régulièrement une mammographie entre 1 et 9 seront sauvées par le dépistage suivant l’interprétation et la sélection des travaux. La fourchette est large. De même, chez ces 1000 femmes, 5 à 20 seront exposées à un surdiagnostic, et donc à un traitement lourd et intempestif à cause du dépistage ? Pour le Comité, trop de femmes ignorent ce risque.

Ce qui domine pour le comité d’orientation, qui ne prétend pas arbitrer la polémique scientifique, c’est que l’information apportée actuellement aux femmes n’est pas objective et ne leur permet pas de faire un choix éclairé. Par ailleurs, du fait des ses risques et de ses modestes bénéfices, le comité propose que le dépistage organisé pour toutes les femmes soit supprimé ou réorienté pour être débattu individuellement. Chaque femme prendrait sa décision dans le cadre d’une consultation spécifique avec son médecin traitant. Ces conclusions iconoclastes ont surpris l'INCa et la Ministre, qui rappelle dans un communiqué l'importance et l'intérêt du dépistage.

On attend avec intérêt les mesures concrètes annoncées par Marisol Touraine pour la fin de l'année. Nous verrons alors si le concept de Démocratie Sanitaire est autre chose qu'un mot creux à la mode.

Pour en savoir plus et accéder aux documents, le billet du Dr Dupagne sur le site Atoute.org

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.