La NRA, lobby américains des armes à feu, affirme régulièrement que ses membres sont prudents et formés aux maniement des armes, et qu'ils ne sont pas responsables de la fréquence très élevée de blessures par armes à feu aux USA. Une publication récente ne va pas dans ce sens.

Blessures par arme à feu et #Statalacon
Blessures par arme à feu et #Statalacon © Getty / BostjanT

Une  "Statalacon" désigne la confusion trop fréquente entre un lien statistique et un lien de cause à effet  : ce n’est pas parce que la mortalité augmente chez les gens qui consultent un cancérologue que les cancérologues sont dangereux ! La cause c’est le cancer qui conduit à consulter ! On pourrait passer des heures à citer des exemples de statalacons qui font encore trop souvent les gros titres.

Or, une statalacon peut parfois être utile, comme celle publiée par un professeur de Harvard dans le New England Journal of Medicine, c’est à dire la plus prestigieuse des revues médicales. Il faut dire que cette revue apprécie l’humour :  elle avait déjà publié une étude sur le lien entre la consommation de chocolat et l’obtention d’un prix Nobel. 

Humour au deuxième degré

Pour cette publication sur les blessures par armes à feu, il s’agit encore d’humour au deuxième degré. Je vous explique régulièrement que les études épidémiologiques, qui consistent à faire des statistiques sur des données d’observation, sont de grandes pourvoyeuses de statalacons, mais il y a pire en terme de fiabilité scientifique : l’avis d’expert ! Le scientifique qui déclare “Je pense que...”, “Il me paraît évident que...”. L’avis d’expert est le niveau de preuve scientifique  le plus faible. Et j’en viens enfin à notre sujet qui concerne la NRA, le lobby américain des flingues, régulièrement sommée de se justifier face au nombre impressionnant de blessures par arme à feu aux Etats-Unis.

La NRA explique à qui veut l'entendre que le danger ne vient pas des armes, mais de l’incompétence de certains tireurs, et qu’au contraire, ses membres sont formés, entraînés et particulièrement prudents. La NRA protégerait donc les américains. Ça, c’est l’avis d’expert.

Et donc le professeur Jena, spécialisé en publications scientifiques aussi drôles que rigoureuses, a réalisé une étude d’observation assez perverse : il a suivi les statistiques de blessures par armes à feu et leur évolution pendant les congrès de la NRA, congrès qui rassemblent des dizaines de milliers de membres, qui laissent bien sûr leurs fusils chez eux pendant le déplacement . Et notre chercheur de découvrir que la fréquence des blessures par armes à feu diminue significativement pendant ces congrès, ce qui contredit l’avis d’expert de la NRA prétendant que ses membres sont inoffensifs.

La perversité peut aider les causes justes

Même si cette étude est une pure statalacon, sa valeur probante est néanmoins supérieure à celle de l’avis d’expert émis la NRA. Si ce lobby veut continuer à prétendre que ses membres contribuent à diminuer le nombre de blessures par arme à feu, et il sera contraint de produire des données d’un niveau de preuve au moins équivalent à cette statistique, et  ça va être très difficile. Le professeur Jena a réalisé un coup diabolique ! 

Source scientifique Jena AB, Olenski AR, Reduction in Firearm Injuries during NRA Annual Conventions, 1 mars 2018 N Engl J Med 2018; 378:866-867  DOI: 10.1056/NEJMc1712773

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.