La semaine dernière, la presse a massivement relayé un communiqué de l’OMS, organisation mondiale de la santé, s’alarmant d’une augmentation importante des cas de rougeole. D'après un rapport de la même organisation, c'est faux. Pourquoi mentir inutilement ?

Les cas de rougeole n'augmentent pas contrairement à ce qu'on a pu lire dans la presse
Les cas de rougeole n'augmentent pas contrairement à ce qu'on a pu lire dans la presse © Getty / MilosBataveljic

J’en ai assez de cette habitude paternaliste et détestable, qui consiste à mentir pour la bonne cause, surtout en matière de santé. La semaine dernière, la presse a massivement relayé un communiqué de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), s’alarmant d’une augmentation importante des cas de rougeole. 

J’aimerais comprendre pourquoi mes confrères journalistes ne mettent quasiment jamais de lien vers la source qu’ils commentent ? Ça prend dix secondes, si on l’a lue bien sûr, ce qui est à mon avis tout le problème... Je retrouve donc grâce à Google le communiqué en question, dont le titre est effet très alarmiste 

“Les cas de rougeole augmentent au niveau mondial en raison d'une couverture vaccinale insuffisante” 

Et qui débute par cette phrase

Le nombre de cas déclarés de rougeole a atteint un pic en 2017

Un peu surpris, je cherche la source scientifique de ce communiqué de l’OMS, source qui est un rapport de cette même organisation, disponible en ligne, et là, je tombe des nues car ce rapport dit exactement l’inverse. Il se félicite au contraire de la diminution de 80% des cas de rougeole dans le monde entre 2010 et 2017 grâce au programme mondial de vaccination.

Entre 2010 et 2017 l’incidence annuelle rapportée de la rougeole a baissé de 83%, le nombre de cas passant de 145 à 25 pour 1 million d’habitants; et le nombre estimé de décès dus à la rougeole a chuté de 80%, passant de 545174 à 109638.

Les épidémies résiduelles, qui surviennent environ tous les cinq ans, ponctuent cette diminution par de légers rebonds, et c’est ce qui s’est passé en 2016-2017 notamment en Pologne, en Ukraine et au Vénézuela. Mais parler de pic est totalement abusif. Les journalistes qui ont recopié le communiqué de l’OMS ou la dépêche d’agence auraient dû aller jusqu'à la source de l’information qui était facilement accessible et en français. C'est la base du métier.

Epidémies françaises

On dispose des chiffres détaillés pour chaque épidémie qui dure 2 à 3 ans  : 200.000 rougeoles pour l’épidémie de 1995, 19 000 pour celle de 2000, 21.000 pour 2009, la dernière grande épidémie française, et enfin 519 en 2017. Entre ces épidémies, la rougeole est rare en France car il n’y a plus assez de jeunes enfants non vaccinés pour diffuser la maladie.

Donc, la rougeole ne progresse pas mais décroît régulièrement et il n’y a pas de "pic" en 2017. Alors oui, bien sûr, il faut encourager la vaccination car l’éradication de cette maladie strictement humaine est un objectif important et réaliste. Mais falsifier la réalité pour mieux convaincre sert les complotistes antivaccinaux qui n’attendent que cela pour faire de nouveaux adeptes en pointant ces mensonges officiels.

Dans ce même rapport détaillé de l’OMS, on estime que la vaccination contre la rougeole a permis d’éviter 20 millions de décès entre 2010 et 2017. N’est-ce pas un argument suffisant ? Pourquoi en rajouter inutilement ?

La vaccination contre la rougeole est une protection individuelle et collective car elle bloque les épidémies dès que le taux de vaccinés approche les 95%. Donc, vaccinez-vous, revaccinez-vous contre la rougeole car il faut deux injections, et n’écoutez ni les complotistes, ni ceux qui les nourrissent avec des informations fantaisistes.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.