Dans les années 1960, l’industrie du sucre payait des chercheurs américains pour minimiser les dangers du sucre pour la santé.

Bouteille de boisson gazeuse remplie de cubes de sucre
Bouteille de boisson gazeuse remplie de cubes de sucre © Getty / Ryann Cooley

La revue médicale américaine JAMA a publié le 13 septembre 2016 un dossier explosif qui décrit en détail la façon dont l’industrie du sucre américaine a soudoyé des scientifiques de renom pour désigner le gras comme principal responsable des maladies cardiovasculaires et innocenter le sucre.

Dans les années 60, les médecins s’intéressent aux facteurs nutritionnels qui pourraient expliquer l’épidémie d’’infarctus américaine. A l’époque, les chercheurs ont deux suspects dans leur collimateur : les graisses animales et le sucre.

Les sucriers comprennent qu’il leur faut manipuler la science. Leurs lobbys soudoient des chercheurs pour publier en 1967 dans le prestigieux New England Journal of Medicine une synthèse qui innocente le sucre et condamne les graisses saturées. C’est de là que vient notre obsession pour le cholestérol, et ce n’est que tout récemment que les médecins ont réalisé qu’ils s’étaient peut-être trompés de coupable.

Le lobby du sucre est donc revenu à la charge, il est absolument partout !

Savez-vous que Coca-cola finance la formation des “patients diabétiques experts” qui donnent des conseils nutritionnels aux membres de l’Association Française des Diabétiques ? Cette association va jusqu’à diffuser un livret financé par le lobby du sucre qui dénonce les idées reçues... sur le sucre.

Il y a deux ans, j’avais parlé dans cette émission de l’accord incroyable signé entre l’éducation nationale et le lobby sucrier CEDUS, accord qui associait l’industrie du sucre à l’éducation nutritionnelle à l’école.

La députée écologique Laurence Abeille, dans une question à l’assemblée au ministre Peillon, a parfaitement résumé la situation :

Malgré les certitudes du Ministre, l’accord a fini par être dénoncé par son successeur.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.