Une étudiante a posté sur Facebook des photos de cultures de microbes réalisées dans les toilettes de sa faculté. Il n'en fallait pas plus pour lancer une psychose collective mettant en cause les sèche-mains à air pulsé.

Etre contaminé à cause de microbes vaporisés par un sèche main, reste une hypothèse, sans plus, car il faut bien plus qu’un microbe isolé pour déborder notre système immunitaire.
Etre contaminé à cause de microbes vaporisés par un sèche main, reste une hypothèse, sans plus, car il faut bien plus qu’un microbe isolé pour déborder notre système immunitaire. © Maxppp / Denis Sollier

Tous les 10 ans, on nous ressort un épisode terrifiant de la série “Ces microbes qui nous menacent”. Alors il y a 30 ans, c’était sur l’abattant des toilettes, il y a 20 ans, c’était les distributeurs de cacahuètes sur les comptoirs des bistrots, et maintenant, c’est l’air pulsé par les sèche-mains dans les toilettes publiques. 

Un postulat scientifique faux !

Cette crainte est fondée sur un postulat scientifique faux, qui voudrait que le contact avec des microbes flottant dans l’air provoque automatiquement une infection. C’est bien plus compliqué, mais revenons à l’origine de ce buzz qui a agité les réseaux sociaux.

Au départ, il deux obscures publications de 2016 et 2018  montrent que les sèche-mains, surtout ceux à air pulsés, diffusent les microbes dans l’air ambiant. Récemment, une blogueuse s’est amusée à mettre des boites de Petri sous les sèche-mains des toilettes de son université. Ce sont ces petites boites rondes dans lesquelles on cultive les microbes en laboratoire. Elle a bien sûr récolté des bactéries et des moisissures qui ont donné des images spectaculaires,  mais finalement pas plus repoussantes qu’un citron oublié dans un placard que l'on retrouve couvert d’une forêt de moisissures verdâtres ! Ces images à faire vomir lui ont valu des centaines de milliers de like sur sa page Facebook, qui lui sert d’ailleurs depuis à faire la promotion de savons naturels, il n’y a pas de petits profits !

Un danger qui reste hypothétique

En fait, la question qui se pose, c’est “est-ce que c’est dangereux ?”

La réponse est non pour l’immense majorité des germes en cause. Le risque de transmission de maladies par des microbes flottant dans l’air concerne surtout les rhumes et la grippe, or les toilettes ne constituent pas des zones particulièrement à risque pour ces maladies. 

Pour tout ce qui concerne l’appareil urinaire ou génital, on ne craint rien : sida, herpès, gonocoque, chlamydia, syphilis, ne s’attrapent pas aux toilettes, sauf à y faire autre chose qu’uriner bien sûr.

Pour les germes présents dans les selles, c’est différent. Le risque en Europe, ce sont essentiellement les gastro-entérites virales et dans une moindre mesure l’hépatite A. Mais ce qui est contaminant, ce n’est pas le sèche main : c’est le robinet, et surtout la poignée de porte des toilettes : il ne faut rien toucher après s’être lavé les mains. Etre contaminé à cause de microbes vaporisés par un sèche main, reste une hypothèse, sans plus, car il faut bien plus qu’un microbe isolé pour déborder notre système immunitaire. Une poignée de porte contaminée ou de la monnaie ramassée à la caisse d’une station-service peuvent déposer sur la main un million de virus, qui nous infecteront  beaucoup plus sûrement quand nous porterons nos mains à la bouche pour manger notre sandwich.

Alors oui, bien sûr, la serviette en papier, c’est mieux, sauf s’il faut manipuler un bouton pour la faire sortir du distributeur, et oui, il n’est pas idéal d’avoir un enfant qui reste le nez collé sur le sèche-main par curiosité. Mais tout cela correspond à des risques infondés et ce buzz pourrait détourner le public des précautions vraiment importantes : ne pas toucher ses yeux, son nez ou sa bouche après avoir manipulé un objet potentiellement contaminant.

Attention à ne rien toucher après s'être lavé les mains ! Même pas la poignée du distributeur de papier pour s'essuyer les mains des toilettes, qui peut être particulièrement riche en bactéries, comme ici
Attention à ne rien toucher après s'être lavé les mains ! Même pas la poignée du distributeur de papier pour s'essuyer les mains des toilettes, qui peut être particulièrement riche en bactéries, comme ici © Radio France / Dominique Dupagne
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.