L'activité sexuelle protège-t-elle du cancer de la prostate ? Certaines études vont dans ce sens et aboutissent à la recommandation d'une éjaculation quasi-quotidienne. Mais une nouvelle synthèse scientifique prône au contraire la modération et un démarrage tardif de la vie sexuelle. Alors ? Que faire ?

Dépistage du cancer de la prostate
Dépistage du cancer de la prostate © Getty / TerryJ

Fondamentalement, toutes ces informations reposent sur une "statalacon", c’est à dire la transformation abusive d’une observation en une loi naturelle. Constater que les gens meurent souvent dans leur lit ne permet pas d'en déduire que les lits sont dangereux. Dans cet exemple, le piège est facile à identifier, à savoir que les mourants sont presque tous  alités et que le lit n’est pour rien dans leur décès ; on appelle ça un biais statistique. Mais parfois, c’est plus subtil. Par exemple, sachant que les femmes qui prennent la pilule ont plus de cancer du col d’utérus, on pourrait en déduire à tort que la pilule en est responsable. Or, c’est uniquement lié au fait que ce cancer est transmis sexuellement (virus), et que les femmes qui prennent la pilule ont plus de partenaires différents et donc plus de risque d’être contaminées par ce virus. Encore un biais statistique.

Les statalacons font malheureusement des titres accrocheurs

Nous sommes malheureusement submergés de statalacons, qui font de beaux titres accrocheurs. Mais parfois, nous assistons à une “battle”, une compétition de statalacons, et là devient presque amusant, comme celle qui concerne l’activité sexuelle masculine et le risque de cancer de la prostate.

Rappelons qu’une activité sexuelle soutenue est régulièrement présentée comme protectrice vis-à-vis du cancer de la prostate par certains cancérologues et même  par le service de santé anglais ! La dernière étude montrait en 2016 qu’une éjaculation quasi-quotidienne était associée à une baisse 20% des cancers de la prostate. Je dis bien “était associée” et non “était à l’origine” . Associé, ça veut simplement dire qu’il existe un lien statistique. Mais 20%, c’est vraiment un écart minime. Par comparaison, fumer 5 cigarettes par jour est associé à une augmentation de risque de cancer du poumon de 1000% par rapport à un non fumeur. Avec un tel excès de risque, le doute n’est plus permis pour la cigarette. Mais  20% de cancers prostatiques en moins chez les hommes sexuellement très actifs pourraient très bien être expliqués par des biais, c’est à dire des caractéristiques protectrices non prises en compte dans l’étude comme l’équilibre affectif ou l’élan vital.

Une nouvelle étude contredit la précédente

Et on en était resté là quand est sortie à l’automne une autre étude, ou plutôt une synthèse des études disponibles, elle aussi largement reprise dans les médias. Elle associe cette fois un excès de risque de cancer de 10% à une sexualité précoce et trop active !

Oui, et ces résultats ne valent pas mieux que les précédents. En fait, toutes ces statalacons sont des non-évènements, des données d’intérêt anecdotiques qui ne devraient pas être médiatisées. La réalité est simple : nous n'avons aucun argument sérieux pour recommander une fréquence particulière d’éjaculation, quelle qu’en soit la méthode, et comme dans d’autres domaines où notre science est insuffisante, nous ferions mieux de nous taire, et les journalistes ne devraient pas relayer ces fakenews médicales.

Sources :
Rider, Jennifer R., et al. "Ejaculation frequency and risk of prostate cancer: updated results with an additional decade of follow-up." European urology 70.6 (2016): 974-982.

Jian, Zhongyu, et al. "Sexual Activity and Risk of Prostate Cancer: A Dose–Response Meta-Analysis." The journal of sexual medicine (2018

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.