Agnès Buzyn, ministre confirmée à la santé après le remaniement d'hier, envisage d'étendre l'obligation vaccinale de 3 à 11 maladies, à l'instar de l'Italie.

Pour le Dr Dupagne, le problème de la vaccination est celui d’une crise de confiance liée aux maladresses répétées des autorités sanitaires françaises, maladresses qui ont semé le doute dans le public et apporté du crédit aux discours complotistes des militants antivaccinaux.

Promouvoir la vaccination au 21e siècle n’est vraiment pas facile : les maladies concernées ont quasiment disparu, émoussant la motivation liée à la peur de la maladie. En revanche, l’angoisse des parents face à l’injection d’un produit pharmaceutique à leur enfant ne fait que croître face à l’accumulation des scandales pharmaceutiques. Enfin, les autorités sanitaires ont été prises en flagrant délit de mensonge lors de la pandémie de grippe A/H1N1 en 2009/2010 : non, la grippe n’a pas tué les enfants en masse ; oui, le vaccin a eu des effets indésirables.

Marisol Touraine a lancé fin 2016 une vaste opération de concertation destinée à restaurer la confiance dans la vaccination. Deux jurys, après des mois de travail, ont pointé du doigt le déficit d’information objective sur les vaccins. Le jury citoyen n’a pas réussi à se prononcer sur l’intérêt d’une obligation vaccinale étendue, alors que le jury des professionnels de santé s’y est déclaré défavorable, préférant une responsabilisation des citoyens. Cela n’a pas empêché les organisateurs de la concertation de proposer à la Ministre l’extension de l’obligation vaccinale à 11 maladies, trahissant ainsi les jurys qu’ils avaient pourtant eux-mêmes constitués.

Aucun pays occidental, en dehors de l’Italie et de la France, n’a choisi d’infantiliser à ce point ses citoyens. Par ailleurs, les pays qui laissent le choix de la vaccination aux parents ont une couverture vaccinale globale plutôt meilleure que la nôtre.Dominique Dupagne décode le message que les experts adressent aux français : “Vous êtes des ignares prêts à gober n’importe quoi. Vous n’êtes pas capables de faire les bons choix, alors que nous, experts, savons ce qui est bon pour vous et vos enfants. Faites-nous confiance et ne discutez pas sous peine de sanctions”.

Si vous transposez ce discours en politique, vous obtiendrez mot pour mot la justification initiale de tous les régimes totalitaires, et on ne peut pas dire que l’Argentine, le Chili ou l’URSS aient constitué des modèles convaincants. Pour le Dr Dupagne, il en sera de même en cas d’obligation vaccinale étendue : la défiance deviendra généralisée et même si quelques vies supplémentaires sont sauvées dans un premier temps, ses conséquences seront dramatiques à terme.

Pour en savoir plus et accéder aux références : l'article détaillé du Dr Dupagne sur son blog

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.