Près d'un français sur dix se déclare allergique à la pénicilline et à ses dérivés comme l’amoxicilline. C'est en fait rarement le cas, alors que ces antibiotiques représentent le meilleur choix pour de nombreuses infections. Ces fausses allergies constituent une perte de chance et méritent d'être confirmées.

Penicilline
Penicilline © Getty / DNY59

Si environ 10% des français se croient allergiques à la pénicilline, seuls 1% le sont réellement. Notamment car certaines éruption de boutons dues à des maladies virales sont cataloguées à tort comme des allergies.

Les allergies à la pénicilline existent essentiellement deux formes : immédiate ou retardée. 

L’allergie immédiate est la moins fréquente, mais la plus préoccupante. Elle survient rapidement après la prise de pénicilline ou d'un antibiotique de sa famille. C’est la plus préoccupante, car elle va de la poussée aiguë d’urticaire qui survient en quelques minutes au malaise grave avec perte de connaissance. Cette allergie immédiate doit rendre très prudent à l’avenir car une nouvelle prise de cet antibiotique provoque souvent une réaction plus forte que la première et peut avoir des conséquences graves.

L’allergie retardée est la plus courante. Elle se manifeste par une éruption de boutons rouges sur tout le corps, comme une rougeole, mais ce qui la caractérise surtout, c’est qu’elle survient après plusieurs jours de traitement, voire après l’arrêt des antibiotiques. Cette éruption est heureusement sans gravité et disparaît en quelques jours. 

Comment peut-on se croire allergique par erreur ?

Deux sources de confusions sont à l'origine de la majorité des erreurs.

Pour l’allergie immédiate, elle peut très bien être due à un autre médicament pris en même temps que la pénicilline. Voire à deux médicaments dont seule l’association provoque une allergie.

Pour l’allergie retardée, l’éruption de bouton qui fait croire à tort à une allergie peut être due à une maladie virale, surtout chez l’enfant, et non à l’antibiotique prescrit quelques jours auparavant face à un mal de gorge avec une forte fièvre.

Il existe des tests cutanés fiables

Il existe des tests sanguins, mais ils ne sont pas assez fiables pour être utilisés en pratique, ils sont trop souvent négatifs alors qu’il existe une allergie réelle. En revanche, les tests cutanés réalisés par un allergologue sont très fiables. Lorsqu’ils sont négatifs chez un sujet que se croyait allergique, le risque d’être quand même allergique à la pénicilline est de l’ordre de 1%. Or, 1%, c’est aussi la  fréquence réelle de l’allergie à la pénicilline dans la population générale. Cela veut dire qu’une personne qui se croyait allergique à la pénicilline, mais chez qui les tests cutanés sont négatifs n’a pas plus de risque de faire une allergie qu’une personne qui prend de la pénicilline pour la première fois.

Par principe de précaution, il vaut mieux être chez un médecin ou à l’hôpital  lorsque l’on reprend de la pénicilline pour la première fois après avoir cru être allergique. Il me semble que les gens qui pensent être allergiques à cet antibiotique majeur devraient se faire tester chez un allergologue pour savoir si cette allergie est réelle. En cas d'infection grave ultérieure, ils pourront recevoir une traitement plus efficace.

Pour en savoir plus :
Pongdee, Thanai, and James T. Li. "Evaluation and management of penicillin allergy." Mayo Clinic Proceedings. Vol. 93. No. 1. Elsevier, 2018.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.