La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a pris un ensemble de décisions de bon sens pour tenter de résoudre la crise associée à la nouvelle formule du médicament LEVOTHYROX.

Comprimés de Levothyrox
Comprimés de Levothyrox © AFP / Damien Meyer

Dominique Dupagne salue les décisions récentes d’Agnès Buzyn qui a notamment libéré la totalité des données sources de l’étude de bioéquivalence : 3000 pages de chiffres et de graphiques mises en ligne sur le site de l’ANSM, décision exceptionnelle qui fera date .

Ces données sont rassurantes et permettent de penser qu'aucun problème ne sera observé chez la grande majorité des utilisateurs, ce qui est constaté au quotidien par les médecins et les pharmaciens.

Pour autant, il existe tout de même dans l'étude quelques sujets chez qui une différence nette de diffusion de la levothyroxine est observée, suivant qu’ils prennent l’ancienne ou la nouvelle formule. Ces données sont donc compatibles avec l’existence d’un petit pourcentage de patients qui vont ressentir des troubles plus ou moins importants avec la nouvelle formule du LEVOTHYROX®. Le Dr Dupagne souligne que si seulement un patient sur cent ressent des troubles importants, cela représente tout de même 30.000 personnes parmi les 3 millions d'utilisateurs !

En pratique, les gens qui n’ont rien remarqué en passant à la nouvelle formule, et qui sont donc très majoritaires, doivent continuer à ne pas s’inquiéter. Ceux qui ont subi un léger dérèglement de leur équilibre hormonal doivent modifier leur posologie avec leur médecin.

Reste ceux qui ont subi des troubles importants, et qui ne veulent plus entendre parler du nouveau LEVOTHYROX® : ils pourront consulter leur médecin pour qu’il rédige une ordonnance d’EUTHYROX®, médicament identique à l’ancienne formule du LEVOTHYROX®, disponible transitoirement dès la semaine prochaine en pharmacie, ou attendre quelque semaines la re-commercialisation durable d’un médicament du laboratoire SANOFI : la LTHYROXIN HENNING®, dont les excipients sont différents et qui ne contient pas de mannitol, souvent incriminé par les patients qui ne supportent pas le nouveau LEVOTHYROX®.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.