Petit pois sur une assiette (pea on plate)
Petit pois sur une assiette (pea on plate) © CC BY-NC-SA 2.0 / totallyfred

De nombreuses études scientifiques récentes semble mettre en évidence un lien entre régime hypocalorique et longévité. En 2009, une publication américaine dans la revue Science est formelle : chez les macaques rhésus, manger moins prévient le risque de nombreuses maladies et allonge sensiblement la durée de vie.

C'était sans compter sur une autre équipe, toujours américaine, dont les résultats parus dans la revue Nature du 29 août, disent exactement le contraire. Selon l'Institut américain sur le vieillissement (National Institute on Aging, NIA ) qui a étudié deux populations de macaques rhésus pendant près de 25 ans, le régime hypocalorique, s'il protège bien de certaines maladies, n'a aucune influence significative sur la durée de vie.

Selon les chercheurs, ce serait surtout la diversité de l'alimentation, plus que la quantité de calories ingérées, qui aurait un effet sur la longévité.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.