Dis-moi combien tu gagnes, je te dirai combien d'espèces vivent autour de chez toi...

Canari dans une cage
Canari dans une cage © Getty / José Rodrigues

Cela s'appelle l'« effet luxe » : des spécialistes de l'écologie ont constaté qu'en ville on retrouve une plus grande diversité animale dans les quartiers chics.

Plusieurs études ont ainsi montré que, chez les riches, il y plus d'espèces d'oiseaux, de chauves-souris et de lézards que chez les pauvres (et ce n'est pas dû au fait que les miséreux soient plus doués pour la chasse que pour les courses chez Fauchon).

Cet « effet luxe », qui s'explique avant tout par la multiplication des espaces végétalisés (jardins, terrasses, balcons) dans les beaux quartiers, marche pour l'extérieur. Mais est-il aussi présent à l'intérieur, dans les domiciles ?

C'est la question que vient de se poser une équipe américaine dans un article qui explore l'écologie du logis.

Les invités

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.