D'où viennent les sursauts radio rapides captés par les astronomes dans l'espace?

Antennes d'ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array), Chili - 1 octobre 2011
Antennes d'ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array), Chili - 1 octobre 2011 © AFP / Martin Bernetti

Dans la liste des nombreux mystères que l'astronomie doit résoudre se trouve le « sursaut radio rapide », le « fast radio burst » dans la terminologie anglaise, ce qui donne l'acronyme FRB. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une pulsation très brève détectée dans le domaine des ondes radio. La première a été signalée il y a dix ans. Les sursauts radio rapides ne viennent pas de la Terre, ni du Système solaire, ni même de notre galaxie. Ils témoignent de phénomènes si puissants que les astrophysiciens sont contraints, pour tenter de les expliquer, de mettre en scène des monstres cosmiques auxquels même les scénaristes les plus paresseux d'Hollywood n'oseraient pas recourir : fusions de trous noirs, magnétars, pulsars voire blitzars et on n'a plus de rime en « ar ». Du coup, deux chercheurs américains ont essayé, dans une étude publiée le 8 mars, de se passer de ces scénarios cataclysmiques. Ils se sont dit : et si, tout simplement, les FRB ne faisaient que trahir les promenades dans l'espace d'extraterrestres ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.