Une équipe internationale a tenté de déterminer si les grossiers sont plus ou moins honnêtes que les polis.

Homme agressif faisant un signe insultant
Homme agressif faisant un signe insultant © Getty / GSO Images

Il existe, en psychologie, deux façons d'appréhender gros mots et jurons : soit on les prend pour des marques de spontanéité et d'authenticité (une étude a ainsi montré que, quand ils se défendent, les innocents jurent plus que les coupables), soit on les voit comme la violation d'un code moral et on considère ceux qui les profèrent comme des psychopathes en puissance.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.