Sur un "selfie", c'est comme sur un tableau, on présente préférentiellement la partie gauche de son visage. Comment l'expliquer ?

Une réminiscence de la Joconde en chacun de nous ?
Une réminiscence de la Joconde en chacun de nous ? © Getty / Tara Moore

La Joconde de Léonard de Vinci ; La Jeune fille à la perle de Vermeer ; Le portrait inachevé de Bonaparte par David. Trois tableaux si célèbres qu'on peut les faire mentalement apparaître en fermant les yeux, ce qui est pratique à la radio. Des portraits qui ont un point commun : les trois personnages ont la tête tournée de manière à exposer principalement la partie gauche de leur visage.

À en croire une étude italo-britannique publiée en 2016, il s'agit d'un biais persistant dans la peinture. Et comme on peut le voir chez Rembrandt, auteur d'une multitude d'autoportraits, lorsque les artistes se représentent, on dirait qu'ils tournent la tête dans l'autre sens.

Mais en réalité, comme ils peignent leur reflet dans un miroir, où tout est inversé, c'est bien le côté gauche de leur binette qu'ils montrent en priorité !

Cela pourrait provenir d'une tradition picturale, d'une habitude de placer le chevalet sur la droite des sujets de façon à ce que la main tenant le pinceau ne masque pas le modèle.

Une hypothèse culturelle donc auxquels les auteurs de cette étude opposent une hypothèse neurologique : partant de l'idée que l'hémisphère droit du cerveau est plus spécialisé dans le traitement des émotions, notre profil gauche (car tout est croisé dans le cerveau) serait le plus expressif et donc privilégié par les artistes…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.