L'enquête : La pollution automobile, l'hypocrisie européenne

Et si le scandale Volkswagen en cachait un autre ? Depuis au moins cinq ans, la Commission européenne est en effet informée que les tests qui mesurent la pollution automobile sont artificiels. Les vrais chiffres sont quatre à cinq fois supérieurs.

Une enquête de Matthieu Aron, Elodie Guéguen et Jacques Monin

C’est une véritable supercherie qui est en train d’éclater au grand jour. Il faut savoir que les véhicules européens avant d’être homologués passent destests en laboratoire . Sauf que les constructeurs automobiles se débrouillent pour fausser délibérément les résultats en utilisant toutes sortes d’artifices lors des tests.

Face à ces accusations, les constructeurs reconnaissent d’ailleurs eux-mêmes qu’ils « s’arrangent » avec ces tests. Ils ne violent pas la loi, mais contournent délibérément la législation. Conséquence : les normes établies par la Commission européenne n’ont plus de légitimité. Confrontée à ces révélations, laCommission reconnaît pourtant qu’elle était informée dès la fin de l’année 2010 du caractère artificiel des tests réalisés en laboratoire. Il a donc fallu attendre cinq ans, sous la pression de l’affaire Volkswagen , pour que des experts, représentants les pays européens, décident de la mise en place de nouveaux dispositifs, plus performants et surtout effectués en condition réelle de conduite. En contrepartie, ces experts ont également autorisé les constructeurs à dépasser durant plusieurs années les normes de pollution, pour leur laisser le temps de s’adapter. Ils ont voté pour un seuil de tolérance de 110 % jusqu’en 2020.

La ministre de l’écologie, Ségolène Royal , a pris conscience que ce dossier, à quelques semaines de la Cop 21 , était devenu éminemment politique, et potentiellement explosif.

►►► L'enquête complète à écouter et à lire ici

L'interview : Delphine Prunault

La pollution atmosphérique est une « catastrophe silencieuse » selon les termes d’un des scientifiques rencontrés par les deux journalistes,Alice Bomboy et Delphine Prunault , au cours de leurs neuf mois d’enquête menée dans plusieurs grandes villes sur les différents continents.

Couverture du livre d'Alice Bomboy et Delphine Prunault
Couverture du livre d'Alice Bomboy et Delphine Prunault © Tallandier/RF / Tallandier/RF

Elle tue prématurément dans le monde sept millions de personnes par an, selon le chiffre donné par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2012.

Ses effets néfastes pour la santé sont multiples : des maladies respiratoires chroniques ; des pathologies cardio-vasculaires accélérées ou même provoquées par la pollution, et des cancers.

Malheureusement, les moyens mis en œuvre pour prévenir cette pollution sont pauvres : encore trop peu de stations de vérification de la qualité de l’air dans le monde. Dans les capitales européennes, les seuils d’alerte sont largement dépassés.

Pourquoi cette inertie des politiques ? Peu d’entre eux anticipent les risques majeurs dans le domaine environnemental. Et leurs discours sont en fort décalage avec la réalité. Résultat : les décisions prises sont très longues à se mettre en place. Comme si les sept millions de morts par an dans le monde restaient invisibles...

Le livre d'Alice Bomboy et Delphine Prunault disponible en librairie àpartir du 12 novembre 2015

►►► L'interview complète à écouter ici

A code ouvert : Secret de l’Etat ou transparence

L'exposition Le secret de l'Etat aux Archives Nationales
L'exposition Le secret de l'Etat aux Archives Nationales © Radio France / RF

Surveiller, protéger, informer. C’est la devise de l’exposition « Le Secret de l’Etat », proposée depuis le 4 novembre 2015 aux Archives nationales de Paris . Nous y découvrons des lettres confidentielles, de faux passeport d’espion, des montre-micros… C’est toute l’histoire des renseignements, sur trois siècles, de l’Ancien régime à aujourd’hui, qui est présentée.

►►► La chronique complète de Margaux Duquesne à écouter à et lire ici

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.