Prix cassés, nombreuses ristournes accordées par certaines entreprises... Retour sur les révélations de la cellule investigation de Radio France à propos des comptes de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron.

Selon notre enquête, certains fournisseurs semblent bien avoir accordé des conditions commerciales exceptionnelles au candidat Macron.
Selon notre enquête, certains fournisseurs semblent bien avoir accordé des conditions commerciales exceptionnelles au candidat Macron. © AFP / Sébastien BOZON

► Une enquête d'Élodie Guéguen et Sylvain Tronchet

Le candidat Macron a-t-il été favorisé par les rabais de certaines entreprises ? La cellule investigation de Radio France a révélé jeudi 7 juin que le vainqueur de l'élection présidentielle 2017 a bénéficié d’importantes ristournes pendant sa campagne électorale. Et pas seulement de la société GL Events. 

Prix cassés, ristournes cachées : les petits arrangements de la campagne d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a notamment loué plusieurs salles de spectacles à Paris à des prix bien inférieurs à ceux pratiqués habituellement : Bobino et le Théâtre Antoine (qui appartiennent toutes les deux au producteur Jean-Marc Dumontet, un proche du couple Macron), mais aussi la Mutualité et la Bellevilloise. Des faveurs qui n'ont pas été accordées aux autres candidats lorsqu’ils sont passés dans les mêmes salles. 

Pourquoi ces ristournes sont-elles passées sous les radars de l’autorité de contrôle (la commission des comptes de campagne) ? Ces rabais peuvent-ils être considérés comme des aides illégales au candidat Macron ? 

► RÉVÉLATIONS | Prix cassés, ristournes cachées : les petits arrangements de la campagne d’Emmanuel Macron

Les ratés de la commission des comptes de campagne

Pour la commission des comptes de campagne, les ristournes dont a bénéficié le candidat Emmanuel Macron ne sont pas irrégulières. Des documents montrent pourtant qu’elle a laissé passer des factures étonnantes et n’a pas respecté ses propres règles.

Les révélations de la cellule investigation de Radio France sur les nouvelles ristournes accordées à Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle placent une nouvelle fois la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) dans la lumière des projecteurs. Autorité indépendante créée en 1990, son action est régulièrement mise en cause depuis l’affaire Bygmalion. 

Un document interne à la commission que nous nous sommes procurés fixe la règle noir sur blanc : "La commission admet, en principe, que des rabais ou remises puissent être accordés dans une limite maximale comprise entre 15 et 20  %". François Logerot, le président de la commission des comptes de campagne, dit pourtant "assumer les décisions" des rapporteurs sur les comptes.

La commission a-t-elle "raté" certaines ristournes pourtant bien visibles, et validé des factures qui auraient dû l’interroger ?

► ARTICLE | Les ratés de la commission des comptes de campagne

Arnaud Jolens, un metteur en scène "cher" à Emmanuel Macron

Il était l’un des hommes les mieux payés de la campagne. Le scénographe Arnaud Jolens a su se rendre indispensable à Emmanuel Macron au point de le suivre jusqu’à l’Elysée.

Sa double casquette de bénévole et de prestataire durant la campagne pose question.

► ARTICLE | Arnaud Jolens, un metteur en scène "cher" à Emmanuel Macron

Programmation musicale de Secrets d'info

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.