L'enquête : L'oncle Sam, un ami très influent

Le « soft power » : un concept inventé par les Américains pour influencer leurs partenaires en s’appuyant sur la conviction ou la séduction.

Totsy Founders Portrait Session, 2011
Totsy Founders Portrait Session, 2011 © Behar Anthony/SIPA / Behar Anthony/SIPA

Chaque année, les Etats-Unis repèrent et invitent les futures élites françaises à Washington pour une opération de charme. Mais ce n’est qu’une facette d’une stratégie d’influence plus globale

Les cibles sont bien sûr issues del’élite française - énarques, chefs d’entreprises ou journalistes –

Et les programmes d’échanges - proposés par l’ambassade américaine à Paris ou des fondations privées - avec les futurs responsables américains , ont vu passer nos responsables politiques les plus médiatiques : Hollande, Sarkozy, Macron ou encore Najat Vallaud-Belkacem.

Mais Washington s’intéresse aussi aux jeunes de banlieue issus de l’immigration qu'il considère comme les décideurs français de demain et donc avec lesquels il faut nouer des liens.

Il existe une autre machine à influencer très puissante : les cabinets d’avocats et banques d’affaires majoritairement américains sur la place de Paris. Ils recrutent les meilleurs avocats à prix d’or et utilisent ainsi à leur profit, les réseaux et les carnets d’adresses de leurs recrues.

Ce modèle du Soft Power est repris par d’autres pays en Asie ou en Amérique Latine, mais étrangement la France tarde à s’en inspirer….

►►► Pour écouter et lire l'enquête complète de Jacques Monin, c'est ici

L'interview :Stéphane Horel, auteure de "Intoxication"

Lesperturbateurs endocriniens sont des substances chimiques utilisées par l’industrie dans la fabrication de la plupart des produits de notre quotidien : peintures, shampoings, plastiques alimentaires etc…

Couverture du livre de Stéphane Horel
Couverture du livre de Stéphane Horel © @Editions La Découverte / @Editions La Découverte

Elles interagissent avecnotre système hormonal, et peuvent aller jusqu’à les imiter, notamment lors des 1ers mois de grossesse.

Leurs effets nocifs sur la santé sont de plus en plus visibles : l’infertilité masculine – un couple sur sept a des difficultés à procréer -, les cancers hormonaux-dépendants comme ceux du sein ou de la prostate ; le diabète et l’obésité

La communauté scientifique est unanime à tirer la sonnette d’alarme. Le 1er octobre 2015, la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique soulignait l’urgence d’agir au plus vite. Le coût sanitaire de ces polluants pourl’Union Européenne n’est pas négligeable : 157 milliards d’euros !

Le plus grave : le blocage d’une réglementation de l’utilisation des perturbateurs endocriniens préparée par Bruxelles depuis 2009, et qui devait rentrer en vigueur en 2013. Au final, aucune décision n’interviendra avant 2017 ! La faute à qui ? Le très puissant lobby de l’industrie chimiqueBASF, Bayers et Syngenta – qui bataille activement pour empêcher toute réglementation. La Commission Européenne s’appuie ainsi sur des experts travaillant pour cette industrie, pour rédiger les lois. Un des spécialités du lobbying : la fabrication de la controverse, instiller le doute dans les propos des scientifiques les plus indépendants.

La journaliste Stéphane Horel a mené une longue et passionnante enquête pour lever le voile sur ces stratégies lobbyistes gagnantes, preuves d’un déficit démocratique croissant de l’Union Européenne .

►►► Pour écouter l'interview complète de Stéphane Horel, c'est ici

Les légendes du web : Espions ? Démission !

Intelexit - Bannière Twitter
Intelexit - Bannière Twitter © Radio France / capture écran

Des artistes-activistes du web veulent pousser les espions du monde entier à la démission, au nom de la protection des libertés individuelles. Pour les inviter à suivre les pas d’Edouard Snowden, ils lancent la campagne "Intelexit".

►►► Pour écouter et lire la chronique complète d'Anne Brunel c'est ici

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.