Une enquête préliminaire vise la gestion du Mulhouse olympic natation et ses dirigeants. Après avoir longtemps tenu de nombreux leviers de la natation française, la famille Horter est aujourd’hui dans l’œil du cyclone.

Lionel (à droite) et Laurent Horter, au centre d'entrainement de l'Illberg à Mulhouse, en octobre 2015.
Lionel (à droite) et Laurent Horter, au centre d'entrainement de l'Illberg à Mulhouse, en octobre 2015. © Maxppp / PHOTOPQR / L'ALSACE / Thierry GACHON

L’annonce, lundi 5 octobre 2020 dans la presse régionale de l’ouverture d’une enquête préliminaire visant le Mulhouse olympic natation (MON) a provoqué une onde de choc dans le milieu sportif et politique alsacien. 

À Mulhouse, le MON est beaucoup plus qu’une association. C’est une institution, dotée de solides relais dans le monde politique et économique. Au-delà de son palmarès impressionnant, c’est le club de la bourgeoisie locale avec ses abonnements à 600 euros l’année, et son bassin extérieur de 50 mètres, ouvert été comme hiver. Ses dirigeants, la famille Horter, ont longtemps été omniprésents au bord des bassins olympiques.

Mais ces derniers mois, les procédures judiciaires, les conflits avec les nageurs ou les parents, les coups bas politiques, les audits financiers et les lettres de dénonciations ébranlent une organisation qui semblait intouchable.

LIRE L’ENQUÊTE | Mulhouse : un club majeur de la natation française et une famille dans le viseur de la justice, une enquête de Sylvain Tronchet, cellule investigation de Radio France.

Programmation musicale

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.