Pour quelques artistes de grand renom des centaines d'humoristes restent dans l'ombre. Toute une économie du rire se constitue autour et en marge des stars du stand up, jusqu'au cœur des entreprises qui ont bien compris que l'humour pouvait devenir un outil très porteur...

Dans les coulisses de la fabrique du rire : qui se cache derrière le rideau ?
Dans les coulisses de la fabrique du rire : qui se cache derrière le rideau ? © Getty / blackred

► Une enquête d'Anne Brunel

Comme tout secteur en développement, celui de l'humour s'est depuis quelques années considérablement organisé. Le chansonnier d'autrefois a laissé place aux comiques de café-théâtre avant que ne s'impose aujourd'hui le one-man-show et le stand-up à l'américaine. L'économie du rire en ressort bouleversée, et s'apparente à une véritable industrie aux canaux de diffusion désormais très diversifiés : si la scène reste très active - il existe plus de 6 000 salles de spectacle en France -  il n'est plus une chaîne de radio ou de télévision qui n'offre sketchs et chroniques humoristiques à toute heure. 

Radio, télé : promotion assurée

Le meilleur moyen de gagner sa vie, pour les artistes et leurs producteurs, reste la salle de spectacle : faible coût de production, solides recettes et importantes marges à la clef. Mais il reste très difficile d'atteindre la notoriété et nombre d'humoristes jouent des coudes pour se faire une place sur scène : ils sont aujourd'hui plusieurs milliers (2 000 officiellement répertoriés par les Sociétés de gestion de droits d'auteurs).

C'est pourquoi certains optent pour les médias afin de gagner en visibilité, notamment vers la télévision. En 2009 la très jeune Shirley Souagnon est âgée d'à peine vingt ans et remporte le concours télé La Route du rire. Cette victoire lui ouvre la porte du Festival du rire de Montreux, où elle rencontre Laurent Ruquier. Puis Anne Roumanoff à son tour la remarque. "Je me suis rapidement retrouvée engagée de façon régulière à la télévision pour présenter mon travail, raconte-elle. Cela m'a permis d'être visible par les autres personnes du métier."  

La télévision se révèle rapidement lucrative : "Je suis passée de très pauvre à très riche d'un coup, s'esclaffe celle qui est aussi passé par le Jamel Comedy Club. J'ai mis beaucoup de temps à me rendre compte que j'avais de l'argent !"

L'argent : le nerf de la guerre

Même si la télévision ou la radio payent bien, lorsque l'on débute, les cachets dépendent tout de même de la notoriété de l'humoriste. "Je touchais en moyenne 200 euros pour un sketch à 18h sur France 2 dans l'émission de Laurent Ruquier, On ne demande qu'à en rire, se souvient Shirley Souagnon. On pouvait négocier et avoir plus, ou rien négocier du tout et avoir moins. À la radio, cela peut aller jusqu'à 300 euros pour deux chroniques par semaine. Plus les droits d'auteur évidemment."

Chaque artiste touche en effet des droits d'auteur, une rémunération conçue d'abord pour ceux qui se produisent sur scène : sur la recette d'un spectacle, 10 à 12 % de droits sont prélevés pour l'artiste (droits d'auteur, mais aussi droits d'interprétation et de mise en scène). Même fonctionnement pour la télé et la radio. En France, ce sont la SACD et la SACEM qui collectent les droits avant de avant de les répartir aux humoristes 3 à 6 mois plus tard.

Un début de carrière difficile

Mais Shirley Souagnon reste une exception : nombre d'humoristes passent au contraire de longues années avant de réussir à vraiment vivre de leurs sketchs et de leur talent. Avant d'atteindre une relative notoriété le parcours est le plus souvent chaotique et le quotidien précaire : "Sur 80 personnes qui s'inscrivent en première année à l'École du one-man-show, il n'y en a que 3 qui vivent de leur métier cinq ans après", explique Alexandre Delimoges, directeur de cette pépinière parisienne de futurs humoristes, qui doivent en deux ans réussir à écrire un spectacle et tenter de se faire programmer dans une salle.

Certains mettent une dizaine d'années avant de gagner correctement leur vie. Après un cursus d'ingénierie en gestion dans l'une des meilleures écoles de commerce de Belgique, Alex Vizorek décide de tout plaquer. "J'aurais pu rapidement avoir un très beau poste, mais cela ne m'attirait pas, raconte celui qui distille ses blagues quotidiennement dans l'émission Par Jupiter ! sur France Inter. J'ai préféré faire trois ans au Cours Florent, puis j'ai mis encore deux-trois ans avant de gagner un peu d'argent." 

Pour ceux qui s’accrochent et persévèrent, il faut accepter de passer par des petits boulots, comme faire de la figuration, ce qui permet de bénéficier du statut d'intermittent du spectacle et de toucher des indemnités durant les périodes où ils ne sont pas sur scène. Mais quand ils jouent, il faut encore réussir à remplir la salle, car la concurrence est rude ! Pour cela, tous les moyens sont bons. "J'ai programmé un banquier qui se produisait trois fois par semaine, se souvient Antoinette Colin, directrice du Point Virgule, mythique salle de l’humour à Paris. Comme il travaillait son réseau et mettait à profit son carnet d'adresse pour faire venir le public, j'étais assurée d'avoir au moins une quinzaine de banquiers en fond de salle à chaque représentation !" s'exclame-t-elle.

Programmée au Théâtre Le Bout, une tout petite salle parisienne de 50 places, Françoise Dorier alias Madame la Pasteure sait elle aussi recruter des spectateurs. "Comme elle est vraiment pasteure dans la vie, toutes ses ouailles sont dans la salle pour assister au spectacle" s'amuse Alexandre Delimoges, directeur du théâtre. Elle est très bonne en communication."

Le Théâtre Le Bout à Paris, minuscule salle de 50 places.
Le Théâtre Le Bout à Paris, minuscule salle de 50 places. © Radio France / Anne Brunel

Le "miracle" du producteur

S'il est souvent difficile de se débrouiller par soi-même dans le milieu de l'humour, certains ont la chance de rejoindre de vrais réseaux professionnels plus organisés. Des producteurs offrent ainsi leur chance aux talents qu'ils repèrent, en les intégrant dans une sorte de "pépinière" d'humoristes.

Le numéro UN en la matière est le producteur Jean-Marc Dumontet, qui travaille aujourd’hui avec Elie Semoun, François-Xavier Demaison, Alex Lutz, etc. Découvreur de Bérengère Krief et de Fary, c’est lui qui a repéré Nicolas Canteloup, il y a 20 ans, sur une petite scène bordelaise, et a aussitôt décidé d'investir sur lui de façon conséquente. "Cela m'a coûté 150 000 euros les premières années, explique Jean-Marc Dumontet. Il a fallu rassembler une équipe artistique autour de lui, louer des salles, faire sa promotion." Un investissement qui passe aussi par une prise de risque. "Il faut jouer coûte que coûte, même dans des salles où l'on sait que l'on ne va pas faire beaucoup de recettes et qui coûtent cher, poursuit le producteur. Après, la tendance s'inverse, et l'opération devient rentable. C'est un investissement nécessaire : parfois cela marche, et parfois non."

Une des clefs du retour sur investissement pour le producteur est de posséder ses propres salles de spectacle, ce qui lui évite les frais de location et permet de faire passer ses artistes d’une petite salle à l'autre, puis aux plus grandes. Point Virgule (100 places), Grand Point Virgule (200 et 400 places), Bobino, Théâtre Antoine : le patrimoine immobilier de Jean-Marc Dumontet est impressionnant. Il possède également le Sentier des Halles et le Comedia, rachetées récemment pour plus de 4,5 millions d'euros au groupe FIMALAC de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière. Jean-Marc Dumontet organise également le Festival d'humour de Paris, la Nuit du stand-up et la cérémonie des Molières (les récompenses du théâtre). Un homme influent, très respecté dans le milieu.

La célèbre salle Le Point Virgule à Paris, propriété du producteur Jean-Marc Dumontet.
La célèbre salle Le Point Virgule à Paris, propriété du producteur Jean-Marc Dumontet. © Radio France / Anne Brunel

Les prête-plume de l'humour

Plus un humoriste devient connu, plus sa charge de travail augmente : télé, radio, scène, il est sur tous les fronts. Pour répondre à cette croissance exponentielle de la demande de blagues, naviguent dans l’ombre des humoristes des auteurs, payés pour écrire les textes, dynamiser la rythmique, et muscler les spectacles. 

C’est toute une chaine de fabrication qui se met en place, sur un modèle industriel où un même groupe contrôle toutes les phases, de la matière première jusqu'à la distribution. "Certains humoristes préfèrent travailler seuls, mais souvent, pendant un an, je peux payer un auteur pour les accompagner", affirme Jean-Marc Dumontet. Le producteur fait alors appel à des plumes qui ont la capacité de se fondre dans l'univers de l'artiste. "Il faut qu'ils aient des références et des cultures communes." 

L’accompagnement artistique de l’humoriste, c'est précisément le métier de Raphaël Pottier, un auteur qui a notamment collaboré avec Arturo Brachetti ou Anthony Kavanagh. Exclusivement rémunéré sous la forme de droits d'auteur, il admet avoir une discipline de fer. "Il faut écrire chaque jour 6 à 7 minutes de texte, pour n'en garder au final que la moitié, explique celui qui travaille également pour l’imitateur Thierry Garcia, ancien des Guignols, que l'on entend aussi sur France Bleu Azur. Dès que l'on a fini la copie du jour, on boit un café, on respire un grand coup, et on pense déjà à celle du lendemain. Il ne faut jamais s'arrêter de pédaler, sous peine de se casser la figure".

"Les forçats de l'écriture"

Certains auteurs sont également payés… à la blague. Dans ce cas-là, l’humoriste de scène – ou de micro - conserve pour lui les droits d’auteurs, mais achète certaines blagues au jour le jour et à la carte. C'est le cas de l'humoriste belge Alex Vizorek qui assure des chroniques pour France Inter et pour la radio belge RTBF, mais aussi pour la chaîne TNT Paris Première et l'hebdomadaire les Inrockuptibles. Il assume parfaitement cette dimension du métier, se considérant comme le chef d’une équipe à son service. "Comme dans la gastronomie ou les ateliers de peinture, c'est le chef qui reçoit les étoiles et le honneurs, compare-t-il. Mais c'est lui qui est responsable de tout. Là, c'est moi qui vend la blague à la fin." Quatre personnes travaillent pour l'humoriste belge. "Chaque blague est facturée. Je pourrais dire : "Cette chronique vous est offerte par… les ateliers Vizorek."

Loin de l’image traditionnelle de l’angoisse de l’auteur face à la page blanche, cette sous-traitance de l’écriture est une pratique qui s’est banalisée. "Ces auteurs n'ont plus d'égo, ce sont des machines à écrire, constate le juriste Patrice Montico, qui conseille pour leurs droits d'auteur de nombreux humoristes comme Jean-Marie Bigard, Jeff Panacloc, ou Florence Foresti. Les plumes apparaissent au générique mais le public ne les connait pas. Ce sont des forçats de l'écriture."

Ces auteurs de l’ombre se retrouvent parfois au service de grandes marques. Les fameuses blagues Carambar ne sont pas écrites en interne, mais sous-traitées, via une agence de communication, à de véritables auteurs, payés 80 euros la blague, qui peuvent aussi écrire pour des humoristes connus.

Leur identité reste un secret bien gardé. D’après les rares témoignages sur le sujet, sur des centaines de devinettes écrites, seule une douzaine est publiée… et donc réellement payée. 

L’entreprise, nouveau filon des humoristes

Devenu arme de communication massive, le rire fait désormais partie des techniques managériales du monde de l'entreprise. Parfois proposé comme simple moment de détente, l'humour s'invite jusque dans les cantines du personnel. "Je proposais à trois ou quatre débutants de s'y produire vingt minutes chacun, se souvient Antoinette Colin, la directrice du Point-Virgule, à qui une grande firme automobile a fait appel. Il fallait accepter que le public n'écoute qu'à moitié et fasse du bruit. Ce sont des conditions de jeu très difficiles."

Antoinette Colin, directrice du Point Virgule, célèbre salle parisienne de 100 places.
Antoinette Colin, directrice du Point Virgule, célèbre salle parisienne de 100 places. © Radio France / Anne Brunel

Pour les humoristes, l'intérêt est avant tout pécuniaire. Difficile d’y résister lorsque l'on a du mal à décrocher des dates pour ses spectacles. "Ce sont des combines à trouver, reconnaît l’humoriste Didier Porte, qui s'est notamment produit à la demande du comité d'entreprise d'EDF, rémunéré entre 3 000 et 5 000 euros la prestation. "Là c'était le jackpot. Ce sont des bons tarifs, mais c'est cuisant, on sort de là lessivé. Malgré tout, ce sont de bons exercices qui vous décoincent."

Pas question malgré tout de déroger à certains principes. "J'ai failli être la voix de Peugeot pour une année à la radio, révèle Didier Porte. Mais ils venaient d'annoncer 6 000 licenciements. J'ai refusé, j'ai eu tort je suis un vrai con ! Mais je ne pouvais pas moi, homme de gauche, alors qu'ils avaient tout juste viré des milliers de personnes, accepter 340 000 euros pour faire le guignol cinq minutes derrière un micro trois fois par semaine." Au passage, Didier Porte révèle le type de tarifs pratiqués dans le métier…

Des entreprises qui sont prêtes à mettre le prix

Il n’y a pas que les artistes qui intéressent les entreprises. Les salles de café-théâtre sont elles-mêmes très convoitées par les directions des ressources humaines. "Le coaching d'entreprise est un secteur d'activité qui s'est beaucoup développé, témoigne Antoinette Colin, qui reçoit de nombreuses demandes de location. Le salarié peut se confronter à un public et s'exprimer sur un plateau pour des exercices de prise de parole." La scène comme lieu de psychothérapie.

Les entreprises commandent également des spectacles clef en main, écrits par des auteurs et spécialement conçus pour leurs besoins. "On a reconstitué une émission de late show à l'américaine pour Bouygues Télécom", raconte l'auteur Raphaël Pottier. Un comédien joue l'animateur rigolo, et les invités sont des cadres de la boite, interviewés ou sujets de sketchs". L'idée est de rendre la chose la plus ludique possible, "comme si les collaborateurs étaient en train d'assister à une vraie émission de télévision." Pour scénariser ce type de conventions d’entreprises, dont le budget global tourne autour de 200 000 euros, l'auteur est rémunéré environ 7 000 euros.

Pour faire venir les stars de l’humour, les tarifs peuvent grimper rapidement. "Cela peut aller jusqu’à 250 000 euros, voire plus si c'est quelqu'un de très connu, confie Jean-Philippe Dumas, consultant en projets événementiels. L'humoriste va travailler en amont avec l'entreprise, et s'inscrire dans la politique de développement, de communication et de présentation marketing."

"C'est merveilleux de tant rire sur ce qui nous a fait tant souffrir"

Dans ce nouveau marché de l’humour et de la DRH, quelques-uns se sont spécialisés très tôt pour répondre à la demande. Serge Grudzinski, ingénieur de formation, au visage élastique et à l’énergie débordante, est consultant en stratégie d'entreprise depuis plus de 20 ans. Également humoriste, sous le pseudonyme de Max de Bley. La liste de ses clients est impressionnante https://www.humour-consulting.fr/tous-nos-clients-sont-satisfaits-ou-rembourses, aussi bien en France qu'à l'étranger (il est capable de faire ses sketchs en cinq langues).

Serge Grudzinski leur propose un audit de crise qu'il transforme en one-man-show. 

Les très grosses entreprises font appel à lui pour des cas de restructurations ou de conflits internes. "Lorsque que les gens sont écroulés de rire, il se passe des choses dingues chez eux, tant dans la tête que dans le cœur s'émerveille-t-il. En mettant en avant toutes les tensions, les frustrations, et les conflits sur le ton de l'humour et le mode du spectacle, les gens se marrent comme des fous et retravaillent ensemble." Serge Grudzinski étudie tous les cas avec une équipe, et en fait un one-man-show personnalisé. "Après le spectacle, les gens me disent que c'est merveilleux de tant rire sur ce qui les a fait tant souffrir."

Serge Grundzinski compte bien faire de toutes ces expériences un spectacle hors des murs du CAC 40, pour le grand public.

Programmation musicale de Secrets d'info

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.