Le premier mouvement de soutien à Emmanuel Macron, lancé en juin 2015, était-il aussi spontané, indépendant et jeune qu’il l’annonçait ? Des documents issus des "Macron leaks" racontent l’histoire d’un coup de bluff politique qui a conduit quelques anciens militants socialistes au sommet de la Macronie.

De droite à gauche, Florian Humez, Jean Gaborit, Pierre Person et Sacha Houlié, le 21 octobre 2017.
De droite à gauche, Florian Humez, Jean Gaborit, Pierre Person et Sacha Houlié, le 21 octobre 2017. © Maxppp / Vincent Isore

► Une enquête de Sylvain Tronchet

Le 30 juin 2015, un mystérieux site internet annonce le lancement d’un mouvement nommé les Jeunes avec Macron (JAM). Cette initiative, présentée comme "totalement indépendante" du cabinet de celui qui n’est alors que le ministre de l’Économie va se révéler extrêmement utile dans l’ascension d’Emmanuel Macron vers l’Elysée. Ses initiateurs sont en réalité des proches de Stéphane Séjourné, le conseiller politique d’Emmanuel Macron. 

Malgré leur jeune âge, ces militants vont réussir, avec un talent indéniable, le coup de leur vie. Entre bluff, petites manips’ et vieilles méthodes, l’aventure va les conduire au cœur du pouvoir.

Un mystérieux collectif qui suscite des interrogations

Qui se cache derrière les Jeunes avec Macron ? Cette question agite une partie de la gauche en ce début du mois de juillet 2015. Dans un texte intitulé "Qui sommes-nous ?" on peut lire : "Militants de partis politiques, membres d’associations et de syndicats, entrepreneurs, salariés, apprentis, étudiants ou encore lycéens, nous […] avons décidé de nous constituer en collectif indépendant des organisations politiques pour témoigner notre soutien à […] Emmanuel Macron."

En réalité, ils ne sont que quatre, tous anciens militants du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) : Sacha Houlié, Pierre Person, Florian Humez et Jean Gaborit. Mais leur initiative fait mouche. Quarante-huit heures après le lancement, Pierre Person fait le bilan dans un mail à ses camarades : "7 000 visiteurs uniques, 30 000 pages vues au total, 55 prise de contact par mail. […] On touche la population souhaitée pour le moment". L’initiative ne passe pas inaperçue auprès des médias qui cherchent également à en savoir plus.

Sur leur boîte mail, les créateurs du site reçoivent également quelques messages furieux émanant de conseillers ministériels, d’assistants parlementaires… L’initiative inquiète ceux qui au PS s’agacent des ambitions de moins en moins cachées d’Emmanuel Macron. On les somme de se présenter, de sortir de l’anonymat.

Officiellement indépendant mais piloté depuis Bercy

Quelques semaines plus tard, le site internet donne naissance à un collectif. Le premier mouvement de soutien à Emmanuel Macron est créé. Et ses créateurs le martèlent : leur initiative est totalement indépendante du cabinet d’Emmanuel Macron (Pierre Person sur France Inter) ou Florian Humez sur LCI (à 2'28'') :

En réalité, les quatre fondateurs du collectif sont en contact étroit avec Stéphane Séjourné, le conseiller politique d’Emmanuel Macron, arrivé fin 2014 à Bercy et qui l’a depuis suivi à l’Elysée. Des dizaines de mails montrent qu’ils sont tenus informés de la stratégie du futur candidat, comme cet échange, six jours après le lancement du site internet :

"On va pouvoir riposter" - Mail envoyé par Pierre Person le 6 juillet 2015, en réponse à Stéphane Séjourné.
"On va pouvoir riposter" - Mail envoyé par Pierre Person le 6 juillet 2015, en réponse à Stéphane Séjourné. © Radio France

"La bande de Poitiers" 

Stéphane Séjourné et les quatre cofondateurs des Jeunes avec Macron se connaissent depuis leurs études, à la fac de Droit de Poitiers. Le futur conseiller politique, de 3 ou 4 ans leur aîné, est leur mentor au sein du MJS, où tous militent. 

Il a à son actif un fait d’armes : le blocage de sa fac pendant deux mois en 2006 lors du mouvement de protestation contre le CPE (Contrat première embauche). "C’était l’œuvre de Stéphane, se rappelle aujourd’hui Jules Aimé, qui militait à l’époque au MJS de Poitiers. Autant bloquer une face de Lettres ou de Sciences humaines, ce n’est pas trop compliqué vu la sociologie des étudiants, autant arriver à faire voter le blocus en Fac de Droit, c’était un tour de force. Pendant deux mois nous avons vécu une expérience incroyable, moi personnellement j’y ai perdu dix kilos."

Stéphane Séjourné et ses amis appartiennent à l’aile droite du MJS, proches de Dominique Strauss-Kahn. Bordurés dans un mouvement très ancré à gauche, ils vont peu à peu s’en détacher après y avoir fait leur apprentissage politique. Après l’élection d’Emmanuel Macron, lorsque les élus PS verront arriver tous ces jeunes gens dans les allées du pouvoir, ils les reconnaîtront immédiatement : "Ah mais c’est la bande de Poitiers !" diront certains. La journaliste de l’Opinion Nathalie Segaunes sera la première à leur donner cette étiquette qui est aujourd’hui leur surnom "officiel" à l’assemblée.  

Emmanuel Macron n’ignore rien de leur parcours

Officiellement, les fondateurs n’ont rencontré Emmanuel Macron en tête à tête que le 14 mars 2016. Mais ils avaient déjà croisé ses pas lors d’une réunion à Bercy en septembre 2015.

Florian Humez et Pierre Person rencontrent Emmanuel Macron à Bercy, en septembre 2015 (document issu des Macron leaks)
Florian Humez et Pierre Person rencontrent Emmanuel Macron à Bercy, en septembre 2015 (document issu des Macron leaks)

Emmanuel Macron n’ignore en réalité rien de leur identité et des leurs liens avec Stéphane Séjourné. Dans un échange de mail avec un autre de ses conseillers, Ismaël Emelien, trois mois après le lancement du site internet, il demande s’il s’agit bien des "colocs de Steph" (certains d’entre eux étaient colocataires à Poitiers) : 

Dans cet échange de mails, 2M E n'est autre qu'Emmanuel Macron.
Dans cet échange de mails, 2M E n'est autre qu'Emmanuel Macron. © Radio France

Ce mail, Stéphane Séjourné le transfère à ses amis avec ce commentaire : "Le M [le surnom que le cabinet donne au ministre, NDLR] le prend apparemment bien :)". Emmanuel Macron n’est probablement pas à l’origine de la création de ce collectif, mais il va les laisser se développer dans son environnement, et les utiliser.

Un "mécène" nommé Henri Hermand

Le 12 novembre 2015, un article du Monde révèle que l’homme d’affaires Henri Hermand s’apprête à accueillir dans ses bureaux une "mystérieuse association de soutien à… Emmanuel Macron." 

Depuis quelques temps, les Jeunes avec Macron sont effectivement en contact avec l’homme d’affaires qui a repéré le futur président alors qu’il était encore à l’ENA et fut son témoin de mariage. Le bureau qu’il va leur mettre à disposition sera le premier siège officiel des Jeunes avec Macron. L’homme d’affaires les conseille et leur ouvre les colonnes de l’hebdomadaire "Le 1" dont il est actionnaire. 

Henri Hermand assure leur promotion auprès d’Emmanuel Macron dans une des notes qu’il envoie régulièrement au futur Président, alors que certains membres du cabinet semblent commencer à être agacés par leur activisme.

"Je travaille avec les Jeunes avec Macron. Ils font un énorme boulot" - Note écrite par Henri Hermand pour Emmanuel Macron.
"Je travaille avec les Jeunes avec Macron. Ils font un énorme boulot" - Note écrite par Henri Hermand pour Emmanuel Macron. © Radio France

Les créateurs des JAM ont aussi tenté de lever des fonds afin de financer une "application de démocratie digitale". Alors qu’ils sont en train de préparer leur présentation pour une rencontre avec Henri Hermand, l’un d’eux écrit : "Si on veut que HH nous aide un peu, faut pas avoir peur de lui mettre une slide [page, NDLR] qui parle d'argent, ça permettra de mettre les pieds dans le plat". Pierre Person se veut optimiste : "Si on s'en sort pas avec 20k [20 000 euros, NDLR] […] c'est vraiment que notre produit est daubesque". 

D’autres hommes d’affaires réputés favorables à Emmanuel Macron, Pierre Bergé et Jean Peyrelevade, sont également approchés. Mais sans succès. En fait, le mouvement semble avoir fonctionné avec très peu de moyens financiers jusqu’à son intégration officielle à la galaxie En Marche, en novembre 2016. 

Sous une apparente structuration, les JAM excellent dans l’art de la débrouille. Le premier logo des JAM, réalisé par un bénévole, semble avoir été très largement inspiré par un événement organisé par le quotidien Le Monde.

A gauche, le logo du Festival du journal Le Monde. A droite, le logo des Jeunes avec Macron.
A gauche, le logo du Festival du journal Le Monde. A droite, le logo des Jeunes avec Macron.

En février 2017, la direction juridique du journal repère les similitudes, et ordonne aux JAM de changer de logo, ce qu’ils font.

Des jeunes pas forcément si nombreux, et… pas si jeunes

Dès les premières semaines, le collectif annonce que les adhésions se multiplient, installant l’idée d’une adhésion d’une partie de la jeunesse à la personnalité du ministre de l’économie. 

Au mois d’octobre, dans un mail à un journaliste, Pierre Person revendique "1 000 sympathisants et 300 membres actifs". En fait de membres vraiment actifs, un fichier diffusé un peu plus tard montre qu’ils seraient en réalité une trentaine. L’examen attentif de plusieurs fichiers adhérents contenus dans les échanges mails entre les créateurs des JAM montre qu’ils ont probablement gonflé les chiffres, ce que Sacha Houlié et Pierre Person ne contestent pas formellement en admettant dans un sourire que "la phase d’amorçage est toujours difficile". 

Et puis qui est considéré comme adhérent dans un mouvement aussi peu structuré ? Un mail de mai 2016 semble donner une indication : "Le chiffre officiel est passé à 6 000 (avec toutes les données sympathisants, ce sont tous ceux sur qui on a un numéro de téléphone a minima)" écrit Sacha Houlié. En clair, les adhérents sont ceux qui laissé leur coordonnées sur le site ou lors d’une réunion. Mais sont-ils des militants pour autant ? Pas sûr. Dans un autre mail, la référente d’un département de l’ouest se plaint de n’avoir aucune réponse du groupe "d’adhérents" qu’elle est censée animer.

Et puis les Jeunes avec Macron ne sont pas si jeunes. Dans certains départements, la moitié des adhérents a en réalité plus de 30 ans. En parcourant les listings, on peut ainsi tomber sur l’ancien directeur d’une grande école âgé de… 88 ans ! 

Fichier des adhérents des Jeunes avec Macron de la Haute Garonne, fin avril 2016 (les noms et certaines informations personnelles ont été effacées)
Fichier des adhérents des Jeunes avec Macron de la Haute Garonne, fin avril 2016 (les noms et certaines informations personnelles ont été effacées) © Radio France

Des "novices" en réalité très expérimentés

Lors de toutes les interviews qu’ils donnent, les créateurs des JAM se gardent bien de faire état de leur passé de militants au sein du Mouvement des jeunes socialistes, insistant sur le fait qu’ils ne sont pas "des professionnels de la politique". La majorité de leurs "adhérents", ne cessent-ils de répéter, connaissent là leur premier engagement en politique. 

Malgré leur apparence juvénile, les quatre sont pourtant parfaitement rôdés aux techniques militantes. La création des Jeunes avec Macron n’est que la reproduction d’une méthode plusieurs fois mise en œuvre lorsqu’ils militaient à Poitiers, révèle Jules Aimé, qui les côtoyait au MJS : "Nous avions créé plusieurs structures sur le modèle "les Jeunes avec machin, les jeunes contre telle chose, etc…". Il suffit d’un site internet et d’une pétition, et c’est parti ! Vous faîtes signer un millier de personnes, ce qui n’est pas trop compliqué, et ça vous assure une couverture médiatique. A Poitiers, nous étions présents dans le milieu associatif, dans le mouvement syndical et dans le mouvement politique, sous plusieurs appellations. Alors qu’en réalité c’était toujours le même noyau dur du MJS qui se trouvait derrière ces différentes structures.

De fait, les JAM, avec leur processus d’adhésion réduit au minimum, ont été créés sur ce modèle. Un autre ancien du MJS qui les a bien connu explique : "Il faut comprendre que les strauss-kahniens étaient minoritaires au sein du mouvement, par conséquent, ils ont été habitués à se débrouiller, à monter des actions dans leur coin, avec très peu de moyens, parce qu’ils n’avaient pas les clés de l’organisation".

Un think tank fantôme, mais très médiatisé

A côté du collectif militant, les créateurs des JAM ont envisagé de lancer un think tank, baptisé La Gauche libre. S’ils ont bien contacté des chercheurs, des doctorants pour y participer, le groupe de réflexion n’a en réalité jamais vu le jour. "Ils ne sont jamais revenus vers moi alors que j’étais d’accord pour travailler avec eux" explique l’un d’eux. Le compte Twitter de La Gauche libre, aujourd’hui en déshérence, témoigne d’ailleurs de la faible production de ce qui devait être une boîte à idée visant à réconcilier la gauche et le libéralisme.

Mais l’important est ailleurs. Le lancement de cette succursale des JAM, le 12 mars 2016, a été un formidable coup médiatique. Dans un mail, Pierre Person recense plus d’une centaine de retombées médias pour la conférence de presse inaugurale ! Toute la presse nationale, qui s’interroge encore sur les ambitions présidentielles d’Emmanuel Macron, fait le déplacement. Pendant deux jours, les créateurs des JAM multiplient les apparitions en direct sur les chaînes d’information en continue. 

Aujourd’hui, Sacha Houlié et Pierre Person racontent : "C’est clair que nous avons eu de la chance dans le timing politique. A ce moment-là, tous les journalistes se demandaient si Macron allait créer son parti, et ils se demandaient si nous n’en étions pas l’embryon. Après, on n’a pas vraiment eu le temps de s’en occuper parce qu’on est entré dans une logique militante de terrain. Et puis le nom La Gauche libre était dur à porter quand En Marche ne se voulait ni de gauche ni de droite."

Un rôle important dans l’ascension d’Emmanuel Macron

Tant qu’il reste au gouvernement, le futur candidat à la présidence de la République peine à rassembler des soutiens et à faire entendre sa voix, une fois le vote de la loi Macron passé. 

Par ailleurs, certaines de ses sorties refroidissent ceux qui voudraient le soutenir, comme le lui écrit Stéphane Séjourné en septembre 2015 après qu’il eût publiquement déclaré que le statut des fonctionnaires n’était "plus justifiable": "On a fait un tour. Les soutiens ne se mouillent pas beaucoup. Tu deviens trop imprévisible médiatiquement en accumulant les sujets clivant à gauche. […] Nos collègues conseillers parlementaires nous ont demandé si tu souhaitais te faire virer du gouvernement. […] Notre sentiment c'est qu'il ne faut pas ouvrir d'autres fronts pour le moment. On risque vraiment de perdre ce qu'on a réussi à capitaliser pendant la loi."

"Tu deviens trop imprévisible" - Mail de Stéphane Séjourné envoyé à Emmanuel Macron en septembre 2015
"Tu deviens trop imprévisible" - Mail de Stéphane Séjourné envoyé à Emmanuel Macron en septembre 2015 © Radio France

En juillet 2016, un mois avant sa démission du gouvernement, un document interne des Jeunes avec Macron explique le rôle que le collectif joue dans cette période.

"Emmanuel Macron est dans un trou d'air" - Extraits du plan d'action stratégique des Jeunes avec Macron.
"Emmanuel Macron est dans un trou d'air" - Extraits du plan d'action stratégique des Jeunes avec Macron.

A relire les échanges de mails des proches d’Emmanuel Macron, il apparaît que La grande marche n’a pas été le raz de marée militant qu’on a parfois évoqué dans certains reportages.

Cette opération de porte-à-porte visait à recueillir le témoignage de 100 000 Français qui devait servir de base au programme du futur candidat. A l’arrivée, le mouvement admettra en avoir réuni 25 000. En fait, En Marche peine à mobiliser des militants sur le terrain. Les JAM vont alors leur donner un coup de main providentiel : sur les 1 500 coordinateurs de La grande marche, la moitié était issue des JAM. Sans eux, l’opération aurait pu tourner au fiasco. Pierre Person apparaît même dans certains reportages consacrés à la Grande Marche.

"On va bouger ce putain de pays"

La participation active des JAM à la Grande marche suscite chez les jeunes militants de grands espoirs pour la suite. Le 24 avril 2016, Sacha Houlié écrit aux autres créateurs des JAM : "On a gagné un crédit énorme. […] On est en train de tous faire un gros coup dans le paysage politique français. On va bouger ce putain de pays."

"On va bouger ce putain de pays." - Mail envoyé par Sacha Houlié le 24 avril 2016.
"On va bouger ce putain de pays." - Mail envoyé par Sacha Houlié le 24 avril 2016. © Radio France

A l’automne 2016, Sacha Houlié devient délégué national d’En Marche, Pierre Person intègre l’équipe de campagne comme conseiller. Jean Gaborit travaille à l’organisation des meetings. Florian Humez devient collaborateur parlementaire du député PS pro-Macron Jean-Marc Bridey. 

Un coup de poker gagnant

Après la campagne présidentielle, les créateurs des Jeunes avec Macron sont aux premières loges lors de la répartition des postes. 

Leur mentor, Stéphane Séjourné exerce une grande influence sur la commission nationale d’investiture chargée de désigner les candidats En marche aux législatives. 

A 28 ans, Pierre Person et Sacha Houlié deviennent députés, ainsi que deux de leurs amis ex-militants du MJS de Poitiers, Guillaume Chiche et Aurélien Taché. Sacha Houlié sera même pendant quelques mois le plus jeune vice-président de l’assemblée de l’histoire suite au micmac autour de la répartition des postes de questeurs

Florian Humez est devenu conseiller du président de l’assemblée nationale, Jean Gaborit a filé à la communication à l’Elysée. A moins de 30 ans, tous ont réussi un coup politique rarement vu, un "hold-up" dans le sillage d’une élection dont le vainqueur admet lui-même qu’il est "le fruit d’une effraction"

Programmation musicale de Secrets d'info

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.