L'enquête - Aristophil : la banqueroute des manuscrits

Secrets d’info s’intéresse cette semaine à la déconfiture de la société Aristophil .

Gérard Lhéritier est mis en examen pour pratique commerciale trompeuse dans l'affaire Aristophil.
Gérard Lhéritier est mis en examen pour pratique commerciale trompeuse dans l'affaire Aristophil. © PhotoPQR/Nice Matin

Créée en 1990 par Gérard Lhéritier , un ancien vendeur de diamants aujourd’hui âgé de 66 ans, elle proposait de vendre sous forme d’indivision des manuscrits célèbres .

Chacun pouvait posséder une partie d’un texte de Verlaine, Rimbaud ou Balzac, et réaliser une belle plus-value. Gérald l’Héritier avait assis sa notoriété sur un réseau d’experts et de courtiers .

Familier des « people », il a par ailleurs ouvert deux musées des manuscrits … Jusqu’à ce que la police mette fin à ses activités en novembre 2014

Aujourd’hui, 18 000 clients pourraientperdre leur argent dans l’aventure.

Gérald l’Héritier a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée . On le soupçonne d’avoir surestimé les textes originaux qu’il vendait à ses clients, et organisé une pyramide de « Ponzi » , un peu à l’image du système mis en place par Madoff, toutes proportions gardées.

Lui se dit victime d’un complot et affirme que c’est l’intervention de la justice qui, en bloquant ses comptes, a coulé sa société. La suite de l'enquête, c'estICI.

L'interview - Hélène Constanty à propos de son livre "Razzia sur la riviera"

razzia sur la riviera, Hélène Constanty
razzia sur la riviera, Hélène Constanty © Radio France / Fayard

Hélène Constanty est journaliste d'investigation. Elle publie "Razzia sur la riviera" chez Fayard, une enquête dans laquelle elle dévoileles secrets de la côte d'Azur.

Terre de corruption, de passe-droits, d'argent sale et d'évasion fiscale, que se passe-il sous la ligne de flotaison?

Christian Pellerin, Jacques Pélisard, le prince Fahad Al Saoud... Une poignée de personnes richissimes bénéficient de protection et d'appuis et arrivent à contourner les réglements.

Pour (ré) écouter l'interview, c'est ICI.

A la barre - Les reliques ont de l'avenir

Mesdames et Messieurs les auditeurs,

Parmi les 2.400 amendements à la « Loi Santé » actuellement examinée par nos députés, un retient l’attention de tout juriste imbibé deKafka.

Le leçon d'anatomie du docteur Tulp, Rembrandt, 1632
Le leçon d'anatomie du docteur Tulp, Rembrandt, 1632 © Créative Commons / Rembrandt

Je ne parle pas de l’interdiction des mannequins anorexiques ou de la publicité pour l’alcool.

Non, l’amendement qui m’occupe prévoit derenforcer la présomption de don d’organes en cas de décès .

Le « don » en question est leprélèvement d’organe sur les cadavres ou les personnes en état de mort clinique.

Ce prélèvement estinterdit si l’on s’est inscrit – de son vivant - sur un fichier spécial. Car depuis 1976 , nous sommes tous présumés vouloir nous faireprélever nos organes en cas de décès. La suite de la plaidoire, à découvirICI.

Un monde de rumeurs - Inventer une rumeur : vous avez deux heures

jeunes
jeunes ©

Le festival Le Livre à Metz , qui s’est déroulé la semaine dernière, avait comme thème « le mauvais genre » .

Et comme la rumeur salie la réputation ,diffuse de fausses informations ,fait ressortir les peurs et les jalousies , elle aussi a mauvis genre .

Du coup, les organisateurs du festival, qui demandent tous les ans à des lycéens d’écrire un texte , leur ont proposé, cette fois-ci, d’écrire une rumeur , sous forme journalistique. Quoi de mieux pour en comprendre le fonctionnement…

La suite de la rumeur, c'estICI.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.