L'enquête - Terrorisme : qui finance ?

Extrait d'une vidéo d'Amedy Coulibaly diffusée sur Internet après les attentats contre Charlie Hebdo.
Extrait d'une vidéo d'Amedy Coulibaly diffusée sur Internet après les attentats contre Charlie Hebdo. © Radio France

Comment repérer des terroristes qui, pour acheter leurs armes, n’ont parfois besoin que de quelques centaines d’euros ! Une première réponse sera apportée le mardi 1er septembre avec l’entrée en vigueur du plan Sapin : l’interdiction des règlements de plus de 1000 euros en espèce. Jusqu’ici, les consommateurs pouvaient payer jusqu’à 3000 euros en liquide.

Dès 2016, d’autres mesures devraient suivre : une surveillance accrue des gros retraits et une restriction de l’anonymat sur les cartes bancaires prépayées.

Cela peut sembler anecdotique, mais pour financer ses attentats, Amedi Coulibaly avait eu recours à un prêt à la consommation de 6000 euros. Et les spécialistes estiment que contrairement à ce qui se passait lorsqu’Al Qaeda était tout puissant, les djihadistes français s’autofinancent aujourd’hui à travers des micros financements qu’il est donc nécessaire de pouvoir repérer.

Cela implique une réorientation de la cellule Tracfin , chargée du renseignement financier en France et jusqu’ici plutôt spécialisé dans le blanchiment et la fraude fiscale. Une vingtaine d’agents supplémentaires vont y être affectés.

Des sociétés privées travaillent à la mise en place d’un logiciel permettant de détecter les micro-financements du terrorisme. Ce programme surveille les moindres flux financiers et les déplacements des personnes signalées.

Billets d'euros
Billets d'euros © @Mayuyero / @Mayuyero

Mais le développement récent du micro-financement ne doit pas cacher l’importance toujours bien réelle des grands mouvements financiers dans le financement du terrorisme . Selon Philippe Migaux, professeur à Science Po, l’Etat Islamique est en passe de changer de stratégie. La prochaine étape : l’organisation d’attentats en Europe. Et Daech en a les moyens : elle est devenue l’organisation terroriste la plus riche de l’Histoire.

Les monarchies du Golfe apportent un soutien financier encore plus ancien au terrorisme . Mais face aux enjeux économiques et diplomatiques, la communauté internationale préfère fermer les yeux.

François Hollande et le roi Salmane d'Arabie Saoudite
François Hollande et le roi Salmane d'Arabie Saoudite © Reuters / Pool new

L'enquête d'Aurélien Colly est à retrouver ici

L'interview : le juge Marc Trévidic

Marc Trévidic
Marc Trévidic © IP3 PRESS/MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Le juge Marc Trévidic quitte ce vendredi 28 août 2015 le pôle antiterroriste de Paris où il a passé 10 ans en charge des dossiers les plus sensibles : de l’attentat de la rue des Rosiers en 1982 jusqu’à l’affaire Karachi en 2002, en passant par le dossier rwandais ou encore l’assassinat des moines de Tibhirine en 1996. "Secrets d’Info" le reçoit pour faire avec lui le bilan d’une décennie d’enquêtes dont certaines sont en lien direct avec la montée en puissance du jihadisme. Un sujet que le juge Trévidic connaît bien puisqu’il s’y est intéressé dès la décennie 90.

L'interview complète du juge Trévidic à retrouver ici

"Les Légendes du web" - Le terreau à rumeurs : la disparition du vol MH370

L’analyse d’un cas exemplaire de construction de rumeurs, fondé sur un mystère toujours irrésolu : la disparition du vol MH 370 le 9 mars 2014.

Aucune piste au départ, une vraie confusion ensuite, et l’impossibilité à localiser l’éventuelle épave …de sorte que c'est très tôt, sur la toile, qu'on va voir surgir et se répandre des interprétations fantaisistes voire de fausses révélations, largement relayées par la sphère complotiste en activité sur Internet.

La chronique intégrale d'Anne Brunel est à retrouver ici

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.