L'enquête : Trappes : 60 à 80 jeunes partis en Syrie

Trappes : une ville frappée de plein fouet par le djihadisme. Située à 25 kilomètres de Paris, elle compte 30 000 habitants, dont, entre 60 et 80 d'entre eux qui ont cherché à rejoindre Daech en Syrie. Dans cette ville où, contrairement aux clichés, il fait plutôt bon vivre, nous avons tenté de comprendre pourquoi la tentation du djihad était si forte.

►►► L'enquête complète d'Elodie Guéguen à écouter à et lire ici

L'interview : David Vallat

Août 1995 : le Français David Vallat, 23 ans, est arrêté pour son implication dans les réseaux GIA qui terrorisent alors la France (attentats du RER St Michel). Il fait partie de cette première génération de djihadistes français, fréquentant Khaled Kelkal, Ali Touchent ou Boualem Bensaïd. Il passera cinq ans derrière les barreaux. Dans Terreur de jeunesse, l'ex-djihadiste repenti témoigne de sa radicalisation et de sa "guérison" progressive grâce notamment à la découverte de la lecture en prison. Il plaide pour une lutte sans merci contre l'islamisme radical en France, dénonce la chape de plomb qui pèse sur le sujet et l'immobilisme des pouvoirs publics. Son livre est une tentative pour comprendre de l’intérieur ce qui pousse un jeune Français d’hier ou d’aujourd’hui à partir combattre dans les rangs djihadistes.

Sa conversion à l’islam :

Une décision prise après toute une série de ruptures : familiale, sociale et intellectuelle

La religion :

Elle fonctionne un peu comme un aspirateur pour les gens en perte de repères. On vous offre une vision du monde qui semble fonctionner et où les musulmans sont toujours les victimes…

La radicalisation :

Plus vous avez été dans la violence, plus votre récompense dans un au-delà sera importante ! C’est un peu l’histoire du fils prodigue revisitée ! Un jeune de 22 ans ne se donne pas la mort s’il n’a pas validé la possibilité d’un au-delà merveilleux.

►►► L'interview complète de David Vallat à écouter ici

Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.