Meyer Habib est à la fois député français et intime de l’ex-Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Cette proximité lui a longtemps permis de jouer un rôle diplomatique “ambigu”. Notre enquête révèle qu’il est aussi actionnaire de sociétés non déclarées en France.

Enquête sur le député Meyer Habib : ses interférences diplomatiques et ses intérêts économiques non déclarés en France.
Enquête sur le député Meyer Habib : ses interférences diplomatiques et ses intérêts économiques non déclarés en France. © Maxppp / CHRISTOPHE PETIT TESSON - EPA - Newscom

Meyer Habib est député de la huitième circonscription des Français établis hors de France depuis 2013, comprenant l’Italie, le Vatican, Saint-Marin, Malte, la Grèce, Chypre, la Turquie, la Palestine et Israël. Avant d’occuper toute fonction officielle, il se rapproche de Benyamin Netanyahou lors d’un voyage à Paris, il y a plus de trente ans. Meyer Habib défend la droite israélienne, quitte à s’opposer aux positions de la France, et le Premier ministre Benyamin Netanyahou le soutient lorsqu’il est élu député du parti de centre droit l’Union des démocrates et indépendants (UDI) en 2013. 

Meyer Habib semble être devenu le conseiller et le représentant de Netanyahou en France. Le député français apparaît comme une personnalité incontournable des relations franco-israéliennes, il va jusqu’à s’immiscer dans les relations diplomatiques. Pendant le mandat de Benyamin Netanyahou en tant que Premier ministre, Meyer Habib joue le rôle de facilitateur des rencontres entre des personnalités françaises et le chef d’État israélien. 

Autre élément troublant, si Meyer Habib a bien déclaré ses liens économiques avec la société de joaillerie Vendôme à Paris, il a gardé sous silence d’autres activités. Notre enquête montre qu’il est actionnaire de trois sociétés de droit israélien, et contrairement à ses obligations légales, il n’a pas déclaré ces intérêts économiques en France. 

Lire l'enquête : 

Programmation musicale de Secrets d'info :

L'équipe