le chef en cuisine
le chef en cuisine © Radio France

Aujourd'hui, le premier ustensile utilisé en cuisine est une paire de ciseaux. Alors, ce que vous mangez, est-ce du cuisiné ou du réchauffé ?

avec :

Reportage de Raphaëlle Mantoux : « Dans les couloirs de Métro »

Pour faire rêver vos papilles, notre reporter Raphaëlle Mantoux se fait passer pour une jeune restauratrice débutant dans le métier. Comme elle veut entamer une reconversion rapide, elle vient chercher des informations dans un Métro (le grossiste des restaurateurs) du 18e arrondissement de Paris. Elle explique aux restaurateurs que son but est de ne pas avoir à embaucher un seul cuisinier. Pour cela, elle s'arrête, avec un micro caché, dans le rayon des plats préparés. Elle alpague des restaurateurs devant deux kilos de lasagnes à 14 euros. Dans le même rayon, des cuistots achètent des quiches, des salades de pâtes, des taboulés ou encore des conserves de cassoulet. Une plaque de paëlla toute faite peut remplir une douzaine d’assiettes.

Ici, on remplit les frigos de l’arrière-cuisine de nos chers restaurants.

Attention à vos oreilles, voici les conseils de futurs collaborateurs pour démarrer dans la restauration.

l'édito de Guillaume Erner

C’est entendu, la guerre à la finance, c’est terminé ! Mais au sein même du Parti Socialiste, la guerre à la pierre commence. Manuel Valls voudrait mettre l’encadrement des loyers à la cave, certaines municipalités socialistes résistent, notamment celles de Lille et de Grenoble. Toutes deux ont annoncé leur volonté de plafonner le coût des locations. Parions que cette guerre de la pierre se concluera comme la guerre à la finance. Autrement dit, elle se soldera par une grande désillusion. Cette mesure d’encadrement des loyers est destinée à nous amuser. Parce qu’à Paris, comme dans les grandes villes, les loyers ont déjà commencé à diminuer. Ça n’est pas forcément visible à l’œil nu, mais dans le 75, les loyers ont baissé de pratiquement 3 % en 2013 . Du coup, cette mesure risque de voler au secours de la victoire, elle empêchera de faire monter des loyers qui baissent déjà. Mais de toute manière, à quoi bon évoquer le plafonnement des loyers sans dire comment on va calculer cette valeur maximale de loyer au mètre carré ? Il paraît qu’il s’agit de reprendre la moyenne des loyers augmentée de 20 %. Mais là aussi, on nous amuse : il n’existe aucun mode de calcul indiscutable du loyer moyen. À Lille, Paris ou Grenoble, comme dans n’importe quelle ville, le parc de logement est hétéroclite. Du coup, le loyer maximal sera encore largement abusif pour les petites surfaces insalubres, qui sont préférentiellement proposées aux plus modestes. C’est ainsi qu’une fois de plus, pour les plus pauvres, ce sera plus cher . Ou si vous préférez : grâce au plafonnement des loyers, on louera les logements riches en louant aux riches, mais ce sera moins cher. Et l’an prochain, quand paraîtront les suppléments immobiliers des magazines, ils s’afficheront avec le titre suivant : «Les vrais prix de l’immobilier, ce sont encore les pauvres qui ont mal au dos »

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.