C'est une expérience de mixité sociale parmi beaucoup d'autres en France. Un quartier où l'on tente d'imposer du brassage entre les classes moyennes et les habitants les plus modestes. On est à Lille, dans le quartier de Moulins, juste à côté de l'hôpital Saint Vincent. Un quartier populaire semé de friches industrielles où s'est implanté l'Institut d'Études Politiques de Lille, là aussi par souci de mixité (même si beaucoup y voient un brassage social très artificiel : les étudiants de Science Po, pour la plupart, ne vivent pas à Moulins mais viennent simplement la journée pour leur cours.) Cette résidence, le "Clos Saint Vincent" a été construite justement sur une ancienne friche : 90 logements, dont 24 logements sociaux. Certains habitants sont donc locataires de HLM, d'autres propriétaires, et d'autres locataires en logement privé. Tous les locataires ne paient pas le même loyer, cela semble ne déranger personne... pour autant y a-t-il vraiment du mélange? Pas vraiment, d'après ce que répondent les

invité(s)

Augustin de Romanet

directeur général de la Caisse des Dépôts### Christophe Robert

sociologue, directeur des études à la Fondation Abbé Pierre### Benoist Apparu

Secrétaire d’Etat chargé du Logement### Alain Dinin

Président Directeur Général de Nexity### programmation musicale

Bruce Springsteen

Gotta get that feeling

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.