Le rail en France est il en train de dérailler ? Sécurité, ponctualité, prix et qualité de service, autant de points sur lesquels la SNCF semble obtenir aujourd’hui une mauvaise note. S’agit il d’une fatalité ? Comment faire pour remédier à cela ? Avec vos remarques au 0145247000, sur franceinter.fr ou encore sur twitter

La SNCF met le paquet sur la sécurité
La SNCF met le paquet sur la sécurité © Vincent Isore/IP3 press / Vincent Isore/IP3 press

Edito de Guillaume Erner

Je pense qu’Eric Zemmour a raison, absolument je l’ai entendu ce matin dans l’interview de Léa Salamé, sur cette antenne, et je crois qu’il a raison. Il a raison de croire quele monde se sépare entre ceux qui ont peur et les autres. Lui, a choisi son camp, c’est pourquoi il s’est livré à un éloge de la peur, soulignant les vertus de cette émotion. Ce faisant, il a oublié cette longue tradition, parmi les philosophes français, de fustiger la peur. Pour une lignée de penseur, depuis Montesquieu jusqu’à Aron, la peur n’est pas un sentiment politique, mais au contraire une pulsion infra politique, une émotion qui nous tire vers le bas, et nous fait opter pour les mauvais choix. La première leçon de sagesse consisterait au contraire à nous permettre de surmonter nos craintes. Si l’on a fini par l’oublier, c’est parce qu’aujourd’hui la peur est instrumentalisée par tous les camps, la droite, la gauche, le progrès, la réaction. La peur s’est durablement installée sur la scène politique, peur de l’autre, d’abord, mais aussi peur de la GPA, peur de la famille traditionnelle, peur de la décroissance ou bien peur du nucléaire. Le droit de vote est devenu un droit d’avoir peur, il suffit que l’on dise de quoi on a peur pour savoir pour qui il faut voter . L’effroi est si envahissant sur la scène politique, qu’il a chassé la première qualité du politique, la raison. Voilà pourquoi en disant aujourd’hui qu’on a raison d’avoir peur, Eric Zemmour n’a pas peur de chasser la raison de la scène publique.

Reportage de Lenora Krief " Lille- Maubeuge- un trajet TER maudit "

Il existe plusieurs lignes maudites en France et le trajet en TER Lille-Jeumont semble bien faire partie de la liste. A la gare de Lilles Frandres, Lénora Krief retrouve donc des usagers réguliers comme Dominique Mestressat Casson, salarié à la communauté urbaine de Lille. Habitant Maubeuge, il fait chaque jour plus d’une heure et demi de trajet en TER pour se rendre à son travail et lorsqu’il arrive à la gare, il a toujours cette appréhension de voir un retard affiché sur le panneau. Ce jour-là, nous retrouvons Gérard Dupagny, Président de l’association « A fond de train », une association créé en 2007 pour défendre les usagers de la région.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.