"Une grande école, pourquoi pas moi?" C'est le nom d'un programme d'ouverture sociale lancé par certaines grandes écoles en 2002. L'idée, c'est de permettre à des lycéens originaires de milieux défavorisés d'augmenter leurs chances de faires des études supérieures. Pour cela, chaque lycéen bénéficie d'un tuteur, un étudiant de grande école. Il le rencontre toutes les semaines pour aller au théâtre, parler de l'actualité, apprendre à s'exprimer en public, etc : toutes ces choses que l'on n'apprend pas à l'école mais qui marquent les différences entre les milieux sociaux. Dorothée Barba a rencontré des participants à ce programme, "une grande école, pourquoi pas moi?", à Tours, à l'occasion des portes ouvertes de l'ESCEM, l'école de commerce de Tours. Au cours de ces portes ouvertes, les lycéens participaient à un atelier marketing pour vendre une éolienne... Les frais de scolarité à l'ESCEM sont de 8.000 euros par an. Cette grande école compte un peu plus de 20% d'étudiants boursiers dans ses effectifs

invité(s)

Richard Descoings

directeur de Sciences Po Paris### Gilbert Béréziat

vice-président de l’Université Pierre et Marie Curie### Jean-Baptiste Prévost

président de l’ UNEF### Emmanuel Davidenkoff

journaliste spécialiste de l’éducation à France Info, directeur de la rédaction de l’Etudiant.### programmation musicale

Vampire week-end

White sky

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.