L' automobile est- elle vouée à disparaître ? La voiture écologiquement responsable, électrique, est- elle une alternative crédible ? Quel avenir pour ce marché ? Avec vos remarques au 0145247000, sur franceinter.fr et sur twitter .

voiture électrique
voiture électrique ©

L'edito de Guillaume Erner

Je sais à l’extérieur, certains croient que le Dieu bagnole est à l’agonie. Mais là, je suis à l’intérieur du temple, au cœur même du salon de l’auto. Et ici, je peux vous l’assurer, on ne sent pas du tout la laïcité venir, malgré les vélibs, les tramways, les tandems et les ULM, la voiture se porte très très bien, merci pour elle, si l’on en juge par le nombre de gens prêts à venir l’adorer. C’est peut-être cela, d’ailleurs, le vrai clivage français. Pas tant la droite contre la gauche, ni même Peugeot contre Renault, mais la France qui a besoin d’une voiture contre celle qui peut s’en passer. Le vrai clivage, il sépare désormais le piéton de Paris de l’automobiliste français. Car à Paris, soit vous avez envie de vous passer de voiture, soit on vous apprend bien vite à vous en passer. C’est pourquoi pour la plupart des parisiens, la voiture passe pour un objet surnuméraire, vestige des temps anciens que l’on nommait trente glorieuses. C’est ce qu’expliquait, prophétique, Roland Barthes lorsqu’il écrivait : « Je crois que l’automobile est aujourd’hui l’équivalent assez exact des grandes cathédrales gothiques : je veux dire une grande création d’époque ». Dans l’esprit de Barthes, les DS étaient belles et inutiles comme des cathédrales, elles façonnaient le paysage dans de vastes assemblages minéraux, les embouteillages. Si elles encombraient nos routes, c’est parce qu’elles rejoignaient leur dernière demeure. Comme le clamait l’ultime prophète, Bernard Dar Nietsche, « la DS est morte, et son Dieu ne se sent pas très bien ». Mais aujourd’hui la DS est de retour sur le stand Citroën. On pense ce que l’on veut de cette réinterprétation mythique du modèle de Citroën, mais elle se porte très bien. Voilà pourquoi pour Paris, la voiture est peut être morte, mais pour la France, elle n’a jamais été aussi vivante.

Le reportage de Thomas Chauvineau

"Notre reporter Thomas Chauvineau s'est promené dans les allées du salon, et il commence au sous sol, là où on peut essayer les voitures électrriques. Toutes les marques sont là : Renault, Smart, Nissan, Kia, et même Tesla. Il a pour sa part choisi une allemande...

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.