Feuille d'impôts déclaration de revenus
Feuille d'impôts déclaration de revenus © Fotolia/Philippe Devanne

C’est aujourd’hui le dernier jour pour payer le dernier tiers de l’impôt sur le revenu – un impôt beaucoup cette année, avec au café du commerce de nombreuses discussions sur le poids de la fiscalité française. Mais qu'en est il réellement de notre fiscalité ? Comment payer moins d’impôt en demeurant dans la légalité ? Avec vos questions au 0145247000. Sur twitter

Edito de Guillaume Erner

Il doit y avoir quelque chose sous Netflix, ce n’est pas possible qu’on en parle autant. A mon avis, l’invention de la pénicilline a fait moins de bruit. Netflix, c’est probablement une manière d’empêcher les jeunes de rejoindre le Jihad . Une stratégie en deux temps : tout d’abord, vous abrutissez les jeunes avec des images. Netflix, leur slogan secret c’est :« plutôt les séries que la Syrie » . Et pour les plus récalcitrants, vous obligez Air France à faire grève, comme ça, au moins, personne n’ira faire le Jihad. Mais peut-être ai-je tort… Peut-être parle-t-on de Netflix pour d’autres raisons… Car finalement, Netflix c’est l’emblème d’un monde en mouvement, dans un pays, La France, où nous avons tous l’impression d’être des Vidéoclubs. Mais oui, les vidéoclubs, vous savez. Il y a trente ans, ces magasins où l’on pouvait louer des films en Beta max, en V2000, mais c’est un troisième standard le VHS qui triomphera. Et puis, il y a dix ans, ces mêmes vidéoclubs ont du tout changer : fini les cassettes, voici les DVD. Et puis il y eut la VOD qui bouffa la laine sur le dos des vidéoclubs, lesquels se mirent à fermer les uns après les autres. Aujourd’hui, il ne doit plus rester qu’un seul vidéoclub dans l’hexagone, et il est au bout de ma rue. L’arrivée de Netflix doit être interprétée comme une métaphore, l’idée que l’on a beau être moderne, vouloir se moderniser sans cesse à la manière des vidéoclubs, un gros prédateur finit toujours par vous ringardiser avant de vous balayer. Netflix symbolise le mouvement même de la mondialisation économique, ce mouvement qualifié de destruction création. Destruction-création : mais, maintenant, on sait que c’est vous que l’on détruit, et les autres qui créent.

Le reportage de Thomas Chauvineau

Muni d'un téléphone, c'est assez facile, peut être même trop, d'avoir aujourd'hui des informations sur la défiscalisation. C'est ce que notre reporter Thomas Chauvineau s'est employé à faire.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.