Le prochain qui me fait encore la liste des sujets dont on n'a pas parlé durant la Présidentielle, je le mords ! C'est comme s'il était devenu impossible de parler des cuisines à monter, des tondeuses à gazon, de la mode des verrines, sans ajouter immédiatement "ce sujet est le grand oublié de la présidentielle". Et effectivement dans ces conditions, des grands sujets oubliés de la présidentielle, je peux en énumérer quelques uns : les ceintres de teinturier qui encombrent nos placards, les codes secrets dont on ne se souvient jamais, les queues à la poste pour retirer les recommandés... Et d'ailleurs, on pourrait formuler la règle suivvante : en dehors du poblème de ceux qui gagnent plus d'un million d'euros par an, de la viande hallal, du permis de conduire, aucun problème n'a été véritablement abordé par les candidats à la présidentielle.Et pourtant ce n'est pas pour cela que cette présidentielle nous frustre : car une présidentielle doit d'abord évoquer des sujets de Président et ignorer les questions qui pourraient être importantes, qui sont généralement traités par les ministres ou les administrations : la rénovation des trains TEOZ, la suppression des compteurs EDF intelligents, ou l'amélioration des lignes de sécurité des deltaplanes... S'occuper des questions singulières, c'est le rôle d'une politique, pas de la Politique, la grande, celle qui devrait être au centre de la Présidentielle. Heureusement qu'il y a des thèmes oubliés pendant une présidentielle, sinon on serait passés du gouvernement des hommes à l'administration des choses. C'était le rêve de Saint-Simon, ce serait notre cauchemar

Tissu imprimé
Tissu imprimé © by-nc-sa Laurence Vagner

Et dans la seconde partie de l'émission, notre fashionnista, Alice Augustin, journaliste à Glamour, évoquera une mode qui lui a fait forte impression, celle de l'imprimé. Nous aurons le choix, dans l'imprimé, paraît-il cet été.Quand à Hervé Pauchon, le seul imprimé qu'il connaît est celui inventé par Gutemberg il y a 5 siècles...

Sandwich
Sandwich © ExQuisine - Fotolia.com

En attendant, si vous avez un petit creux, place au sandwich... Rencontre avec François Simon , héritier d'une longue lignée de critiques gastronomiques qui savent écrire, que j'ai envoyé dans un restaurant de sandwiches : au Subway... car si vous avez la chance d'avoir un enfant adolescent, vous savez qu'il fréquente beaucoup les restaurants subways... Avec lui, Laurent Chevallier , nutritionniste à Montpellier, auteur de "Je maigris sain, je mange bien ".

Le casse croute est né avec le travail, le labeur : c'était la nourriture roborative des ouvriers. On retrouve au téléphone Julia Csergo , historienne de l'alimentation, qui a notamment dirigé l'ouvrage "Casse-croûte, aliment portatif, repas indéfinissable ".

Le reportage de Dorothée Barba

Dorothée Barba a testé pour nous "le camion qui fume". Ce camion s'installe à différents endroits de Paris, notamment sur les marchés, et vend des hamburgers très très prisés des Parisiens, c'est le moins qu'on puisse dire... Il faut parfois faire la queue une heure pour espérer avoir un sandwich. Le menu hamburger + frites coûte 10 euros. Tout est fait maison. Et la chef, Kristin Frederick, a pour ambition de proposer de la gastronomie ambulante.

Pour suivre l'itinéraire parisien du camion qui fume : www.lecamionquifume.com/

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.