ENQUETE HALALAvec 5,5 milliards de chiffres d'affaires l'année dernière en France, soit 1 milliard de plus que l'estimation du cabinet Solis, pourtant spécialiste de la question, le marché du halal attire toutes les convoitises. 7 millions de consommateurs potentiels en France, soit le nombre de citoyens qui se retrouvent dans la culture ou la confession musulmane, mais pas que, puisque comme tout le monde peut manger halal, ça ouvre encore plus de perspectives pour ce secteur en plein essor. Même les grandes marques nationales comme Fleury Michon, Herta, Knorr, Labeyrie, Liebig, Pierre Martinet ou encore Maggi gagnent en notoriété au niveau des consommateurs de produits Halal, et ce grâce aux déclinaisons Halal de leurs produits phares : les tranches de dinde, les plats cuisinés, etc. Pour mesure l'ampleur de cette tendance, je suis allé faire mes courses dans un grand hypermarché traditionnel, à la Défense à Paris. Et j'ai suivi le panier à roulette de Abbas Bendali, directeur du Cabinet Solis. On l'a entendu, on trouve aujourd'hui de plus en plus de produits plaisir, pour s'en faire, tout en accord avec ses croyances : une armada de plats cuisinés au packaging qui n'a rien à envier aux, des sandwiches fraicheur, des paellas et des pizzas surgelées, des burgers ou des croques monsieur à mettre au micro ondes, du champagne qui n'en est pas, vous l'avez entendu, mais aussi de la bière qui n'en est pas, de la bière halal, ou plutôt, une boisson maltée qui vous évite la gueule du bois du dimanche matin. Et oui, les consommateurs halal sont des clients comme les autres, ils sont pressés, surtout pour les enfants d'immigrés qui ont grandi en France, eux aussi ont le droit d'accéder à la malbouffe. Et aussi de se faire belles en respectant les prescriptions culturelles et cultuelles. La trousse de toilette halal, ça existe déjà, comme le shampoing. Je ne connaissais pas. En me baladant dans les couloirs du Salon Halal Expo, le grand salon consacré aux innovations du marché, qui s'est tenu en avril dernier au Parc des Expositions à Paris, je suis tombé sur un stand hollandais, qui cherchait des distributeurs en France, pour son produit miracle. Un produit qui selon la commerciale, correspond à une vrai demande : le shampoing halal, qui n'a été testé sur aucune bête, qui ne contient ni kératine, ni autres composant d'origine animale. Logique quand on sait que par exemple, aux Etats Unis, l'année dernière, on a utilisé 14 milliards de tonnes de protéines animales dans le seul domaine de la cosmétique. Car selon elle, le consommateur halal fait bien attention à ce qu'il mange, mais ne pense pas à ces éléments extérieurs qui pourraient rentrer par les pores de sa peau. D'où le shampoing, détail qui tue, est spécial "cheveux couverts". Entendez par là, spécial femmes qui portent le voile, toujours selon la commerciale, elles auraient tendance à avoir le cheveu gras, car le cheveu a chaud sous le voile. J'imagine que ça convient aussi pour les gens comme moi, qui portent des bérets, des chapeaux ou des casquettes. A l'heure où je vous parle, la marque n'a toujours pas trouvé de distributeur. Isabelle : de plus en plus de produits halal de toutes sortes, mais ce qui compte le plus pour les consommateurs semble être la viande, non ? Effectivement, c'est la viande. Est-ce que celle qu'on retrouve dans les frigos de la boucherie traditionnelle, ou dans ceux de la grande distribution sont bien halal, les bêtes ont-elles été abattues selon le rite traditionnel ? C'est la question qu'on se pose quand on se rappelle les chiffres et l'énorme demande, et quand on sait qu'on peut faire ce rite sur les grosses chaînes de production. Discussion éloquente avec un responsable de l'usine d'abbatage de bovins et de volailles, l'entreprise Gourault, à St Cyr. Halal = scandale ? Rappelez vous cette affaire, l'affaire Herta : Le 14 janvier dernier, un laboratoire avait détecté des traces de porc dans leurs saucisses halal, censées être uniquement composées de viande de volaille. Le groupe Nestlé démentait, mais arrêtait leur production deux semaines plus tard le temps de calmer l'affaire. D'autant que le groupe Casino annonçait le retrait de ces produits de leurs rayons. Sans compter aujourd'hui la problématique autour de la certification : qu'est-ce qui est halal et qui décide ? On en reparle avec Abbas Bendali, du Cabinet Solis. Affaire à suivre donc. Mais sachez que ceci ne refroidit pas le business. Des supermarchés, des restaurants 100% halal s'ouvrent partout en France, et le groupe Casino compte ouvrir bientôt une vingtaine de supérettes spécifiquement dédiées aux produits alimentaires halal. Raphäl Yem_____L’insécurité va être de nouveau sur le devant de la scène avec les présidentielles de 2012. Depuis 2002 l’insécurité est devenue un thème de campagne aussi important que l’éducation, la santé, le chômage, le logement.Alors je me suis fait cette réflexion : si comme le disent nos politiques, nous vivons dans un pays si dangereux, les armuriers et les magasins spécialisés dans l’autodéfense doivent en faire leurs choux gras.Je suis allée vérifier et voir comment se portait le marché des armes dites de poing, pistolet et autres Smith et Wesson, mais aussi des fusils de chasse et du matériel d’autodéfense.Il faut rappeler que si La France est le quatrième exportateur mondial d’armements militaire, derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, et devant Israël, ce n’est pas du tout le cas pour la consommation des armes de tir.J’ai rencontré Yves Goletti le gérant de l’armurerie de la bourse et Président de la chambre syndicale des armureries de France qui m’a guidé dans sa boutique, armé jusqu’aux dents…Aurélie Sfez.

Les liens

Salon Emmaus Le 12ème Salon Emmaüs, qui se tient le 19 juin, porte de Versailles à Paris, est devenu le rendez-vous incontournable des chineurs et des chasseurs de bonnes affaires. Mais pas seulement : en proposant de mêler achat plaisir et geste utile, le Salon Emmaüs s’inscrit dans la tendance de fond de la consommation responsable que la crise économique est encore venue renforcer.Dimanche 19 juinParis Expo, Porte de Versailles, de 9h30 à 19hEntrée : 3 €, gratuit pour les chômeurs et les enfants de moins de 12 ans

Le site d'Envoyé Spécial / France 2 Reportage : Restauration rapide : alerte en cuisines !

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.