Les médecins se font de plus en plus rares dans certaines régions de France…. Le médecin de campagne est une espèce qui se fait rare, et le médecin de banlieue est lui aussi une espèce menacée... Avec vos remarques au 0145247000, sur franceinter.fr ou sur twitter

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2014/09/a10a6526-44f3-11e4-a9df-005056a87c34/640_bod2001024c010-26.jpg" alt="denis bourges médecins de campagne" width="640" height="431" />
denis bourges médecins de campagne © Denis Bourges

Édito de Guillaume Erner

Si vous n’avez jamais été calomnié par un jeu vidéo, c’est probablement parce que vous n’êtes pas un dictateur… Si cette phrase vous parait énigmatique, c’est probablement parce que vous n’avez jamais joué au jeu vidéo Black Ops 2. Car dans ce jeu réaliste, épisode de la série à succès « Call of Duty » apparaît un vrai dictateur, Manuel Noriega, ex-tyran panaméen. Aujourd’hui emprisonné aux États-Unis, Noriega est représenté dans ce jeu vidéo en pleine activité. Notre ex-dictateur y œuvre aux côtés de la CIA et se livre à différentes exactions, meurtres, extorsions, chantages qui constituent l’emploi du temps normal d’un dictateur. Problème : Manuel Noriega n’est pas du tout content de la façon dont ce jeu le représente, il trouve que cela nuit profondément à son image et réclame d’importants dommages et intérêts. Abîmer l’image de Noriega est en soi une gageure parce qu’il s’en est largement chargé lui-même. Condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue, blanchiment d’argent et racket, il va lui falloir se réincarner plusieurs fois pour retrouver une virginité. Alors, bien sûr, l’affaire peut surprendre, imagine- t- on Franco, Mussolini ou Salazar se plaindre parce qu’ils estimeraient leur image maltraitée ? Vous imaginez Hitler faisant un procès à Charlie Chaplin pour dénonciation calomnieuse ? C’est à désespérer de tout, y compris des dictatures, Noriega ça rime maintenant avec Nabila, chacun se soucie de son image publique . Heureusement qu’il reste Bachar-el-Assad pour montrer qu’une poignée de tyrans continuent à exercer leur métier à l’ancienne. Les autres ne sont même plus des dictateurs d’opérette, ce sont des dictateurs de jeux vidéo.

Le reportage de Lenora Krief

La visite d’un médecin à domicile semble devenir un luxe dans certaines zones péri-urbaine. Pour vérifier cette situation, Lénora Krief a contacté les services SOS Médecin du 93 et 95 en expliquant que son enfant était malade. Les personnes au bout du fil n’ont pas été d’un grand secours…Heureusement, certains médecins continuent d’exercer en cabinet ou en centre de soins. Notre reporter est allée à la rencontre du docteur Jean-Pierre Gueeraert. Installé au Blanc Mesnil depuis 34 ans, une ville où il a vécu étant plus jeune, ce médecin a peur de voir disparaître la médecine de ville en banlieue, ainsi que toutes les professions de santé associées. Son cabinet se trouve dans le Sud de Blanc-Mesnil, séparée du nord par la voie ferrée. Sur cette portion de la ville, on compte seulement six généralistes pour 15 000 habitants

denis bourges médecins de campagne
denis bourges médecins de campagne © Denis Bourges
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.