Chaque jour les communicants nous enfument. Travail du dimanche, affaire du Médiator, transformation de Jérôme Kerviel en héros, toutes ces présentations des faits ont été dictées par des communicants habiles à des journalistes qui ont servilement reproduit leur leçon. Comment contourner ces stratégies de communicants ? Comment les fabrique t-on ? Avec vos questions au 0145247000, sur le site internet, ou

nestlé arrête de produire des plats cuisinés à beauvais
nestlé arrête de produire des plats cuisinés à beauvais © reuters

Edito de Guillaume Erner

Vous vous souvenez probablement du 118218, deux ahuris en justaucorps, propulsés au firmament de la gloire lors de la libéralisation des renseignements téléphoniques. Ces numéros de téléphone auraient plus rapporté que les gaz de schiste, s’il n’y avait pas eu un os nommé Google. Eh bien, mêmes anciens, ces nouveaux services existent toujours puisque sur Youtube, les adolescents n’arrêtent pas de les appeler pour entendre les préposés du renseignement téléphonique chanter la publicité qui a assuré la promotion du service. Paraît-il parce que c’est inscrit dans leur contrat de travail. Et puisque la plupart d’entre nous trouve aujourd’hui par lui-même le numéro de téléphone dont il a besoin, c’est j’imagine la principale source de revenus de ce service . Il y a pourtant quelque chose d’infiniment triste dans ce numéro de cirque destiné à incarner l’esprit d’un numéro de renseignement téléphonique. A l’origine, cette chanson est censée montrer que le 118218 est fun, sympa, moderne.A l’arrivée, on tombe sur la main d’œuvre corvéable des centres d’appel, obligée de se livrer à des opérations inutiles et humiliantes, tout juste bonne à amuser quelques lycéens désœuvrés . Comme s’il s’agissait pour le 118218, contrairement au discours passé, non pas de produire de la valeur, non pas de rendre service, mais juste de ridiculiser des salariés. Obliger des gens à chanter cette chanson, c’est une manière de faire du lancer de nain par téléphone, une façon de piétiner le premier commandement : tu n’humilieras pas.Il n’y a qu’une seule manière de répondre à cette farce cruelle, c’est de forger un nouveau commandement : tu ne téléphoneras pas.

Le reportage de Raphaëlle Mantoux :

Notre reporter Raphaëlle Mantoux, comme beaucoup de journalistes reçoit une vingtaine d'invitations par jour pour assister à des conférences ou des déjeuners de presse. Dans le cadre de l'émission, elle a accepté une invitation. Elle est donc allée dans les sous-sols de la Gare de l’Est à Paris au moment du lancement de la Wattmobile : une nouvelle offre de voiture électriques en libre service. Cela fait deux mois qu'une entreprise de communication prépare soigneusement cet évènement. Résultat, ce jour-là dans le parking de la gare SNCF, à côté du buffet, une soixantaine de journalistes écoute religieusement le discours du président de la jeune entreprise, David Lainé. Premier mot prononcé, les caméras sont en route et les appareils photos adoptent un flash éblouissant...

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.