Les consommateurs ont plus de pouvoir qu’ils ne le pensent, celui d’acheter, et surtout celui de ne pas acheter… Boycotter les produits européens en Russie, boycotter les produits israéliens en Europe, il en a été beaucoup question cet été… Ces initiatives sont-elles justes ? Les boycotts peuvent-ils contribuer à changer le monde ?

Quand on achète un Tee shirt chez Auchan, comment être certain qu’il n’a pas été fabriqué par des petits enfants, ou par des adultes payés avec de l’argent de poche ? On peut, bien entendu, fermer les yeux en fermant le sac, ou bien décider d’etre un "consommacteur" et de peser sur les marques et les pays en boycottant ceux qui bafouent la morale. Et vous, faites-vous attention aux conditions de production des produits que vous achetez ? On attend vos appels au 01 45 24 7000 et le self service public c’est évidemment sur Twitter,

l'édito de Guillaume Erner

C’est fou ce que l’on peut faire avec un seau, par exemple en ce moment on peut le remplir d’eau et de glaçons et se le mettre sur la tête. Ça a même un nom, ça s’appelle en anglais le « Ice Bucket Challenge » ("défi du seau d'eau glacée") et c’est en réalité une opération caritative. Le principe ? Vous vous filmez en train de vous renverser un seau d’eau glacée sur la tête, et sitôt la douche passée, vous donnez de l’argent à la recherche contre la maladie de Charcot, une maladie rare. Ensuite vous avez le droit de nommer trois successeurs qui feront de même… Cette initiative fait un malheur – elle a donné lieu à des centaines de vidéos sur Youtube et ramené pour la maladie des dizaines de millions de dollars. Il faut dire qu’elle récapitule les valeurs dominantes de l’époque : les people, qui ont été les premiers à se mettre des glaçons sur la tête, les réseaux sociaux et les bons sentiments.

Et qui pourrait refuser de lutter contre une maladie, y aurait-il quelqu’un qui serait pour la maladie de Charcot ? Il y a pourtant quelque chose de gênant dans cette initiative potache, cette manière de demander à des initiatives médiatiques de hiérarchiser les priorités de la recherche. Comme si désormais, c’était le nombre de vues sur youtube qui allait décider des urgences en matières médicales , comme si la maladie la plus grave c’était celle qui buzzait le plus. Aujourd’hui se mettre des glaçons sur la tête contre la maladie de Charcot et demain, pourquoi pas, respirer du poivre contre le cancer ou boire du vinaigre pour combattre le sida…Et pour les people qui donnent de l’argent contre la maladie, se faire filmer pour que ça se sache, la générosité gratuite ça eut payé… Une fois de plus, Marx avait tout prévu, même le « Ice Bucket Challenge », lorsqu’il expliquait que le capitalisme flottait, je le cite, dans les eaux glacées du calcul égoïste .

Bill Gates, Marc Zukerberg, Robert Downey Junior, Justin Bieber,

... nombreux sont les participants challengés ... et ici, par exemple, George W Bush :

le reportage d'Antoine Ly

Service Public vous propose une nouveauté cette année : pour contourner les stratégies de communication des grandes industries, l'équipe de Guillaume Erner fera des reportages en « micro caché ». Le but, c’est d’avoir le moins possible de langue de bois, sur des sujets parfois dérangeants pour elles.

Pour cette 1ère émission de la saison, Antoine Ly, a voulu savoir si on pouvait acheter ses vêtements, la conscience tranquille . Il avait des cadeaux à faire, et a choisi d'offrir une nouvelle garde-robe. Mais en étant rassuré sur les conditions dans lesquelles ont été fabriqués ces vêtements...

Les liens

Collectif Ethique sur l’Etiquette

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.