'Gym Tonic', émission de télévision cultissime des années 1980, présentée par Véronique et Davina, est à l'affiche de 'Si je vous dis' cette semaine. Une séance d'aérobic hebdomadaire qui en dit bien plus sur la société française, le féminisme, la féminisation du sport et la télévision que l'on voulait bien le penser.

Tous les dimanches matins de 1982 à 1984, Véronique et Davina présentaient Gym Tonic sur Antenne 2 à 10h30.
Tous les dimanches matins de 1982 à 1984, Véronique et Davina présentaient Gym Tonic sur Antenne 2 à 10h30. © Getty / Jacques Pavlovsky / Sygma

Emission culte du début des années 80. C’était sur Antenne 2 tous les dimanches matins. « Gym tonic » de Véronique et Davina. La blonde et la brune. Que l’on voyait nues sous la douche au générique de fin.  

Avec Véronique et Davina s’en était fini de la gym à la papa. De l’éducation physique triste et grise avec des survêtements moches. On découpait des chaussettes pour se faire des bandana, on coupait les manches des pulls pour se faire des guêtres. Véronique et Davina ont rendu l’aérobic accessible à tous et tant pis si nos articulations n’y survivaient pas.

Impossible de les regarder s’agiter en restant avachi sur son canapé. Reines de l’interactivité, Véronique et Davina ont emboité le pas à Jane Fonda qui a initié les cours de gym à la Télé. Elles ont eu un succès phénoménal. Pendant 4 ans, tous les dimanches matin, 10 à 12 millions de français frôlent l'infarctus devant leur poste de télévision. 

Un corps musclé, tonique et en bonne santé. Plus qu’une mode, les sociologues se sont penchés sur le phénomène. Personne n’y coupait,  même Gilbert Montagné et Bernard Tapie ont transpiré devant les caméras de Véronique et Davina. Stars incontournables du petit écran elles étaient les invitées de Champs Elysées un soir de janvier 1984 avec Renaud.

Ce qu’on ne dit pas c’est que Véronique et Davina ont favorisé l'accès des femmes au sport, parce que jusque-là ce n'était pas gagné. Au début des années 80, le sport en France est encore élitiste, militaire et masculin et considéré comme incompatible avec la féminité, ça menacerait la fécondité et rendrait les femmes viriles et laides. 

Avec Véronique et Davina le mouvement et la sueur deviennent une expression de l’ émancipation femmes. Une femme musclée est une femme libre. Simone de Beauvoir le pensait aussi.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.