Ce samedi dans 'Si je vous dis', retour sur l'histoire de la plus célèbre poupée du monde. Poule aux œufs d’or, Barbie naît en 1959. Première poupée avec un vrai corps de femme, seins en obus, blonde comme Marilyn, Barbie s’est d’abord inspirée des stars des années 1950.

Barbies vêtues d'un t-shirt « Love wins », créé pour célébrer le mariage gay.
Barbies vêtues d'un t-shirt « Love wins », créé pour célébrer le mariage gay. © Instagram / Barbiestyle

Pauvre Ken. Il fait pâle figure à côté de Barbie qui a marché sur la Lune et qui s’est présentée pas moins de quatre fois à la Présidence des États-Unis. Avec le temps Barbie est devenue une femme libre et moderne, autonome et célibataire. 

Pauvre Ken, également, car pour les enfants qui jouent avec, les bisous ne sont pas forcément le plus intéressant, et encore moins quand les poupées n’ont pas de sexe. D’ailleurs, Barbie ne s’y est pas trompée elle a divorcé. Un double divorce, même, puisqu'il figure autant dans la version "officielle" de l'histoire de Barbie que dans une campagne réalisée par Greenpeace en 2011, pour alerter l’opinion sur les emballages en carton des poupées Barbie. Petit problème mathématique : 2,5 Barbie vendues chaque seconde dans le monde = 1 milliard de dollars de vente par an. Ça fait combien d’arbres abattus ?

Une association contre l’anorexie a transposé les mensurations de Barbie dans la vraie vie. Verdict : la poupée ne tient pas debout. Son cou est beaucoup trop long pour supporter le poids de sa tête et ses chevilles, bien trop fines, l’obligeraient à marcher à quatre pattes. 

À bientôt 60 ans, Barbie est dépassée par l’évolution de la société. Pour stopper la chute des ventes, Barbie a fait sa révolution, deux nouvelles poupées viennent d’être mises en vente : une poupée militante LGBT et une poupée voilée. La diversité a bon dos... pourvu que ça fasse du chiffre !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.