Si je vous ... "un petit détour vaut mieux qu'un gros bouchon"... vous pensez bien sûr à Bison Futé, ce chef indien qui aide les automobilistes à éviter les embouteillages sur les routes françaises depuis 1976.

Photo prise le 28 juin 1977 sur une autoroute française d'un homme à cheval déguisé en Indien donnant des indications à une automobiliste, lors d'une opération de "Bison Futé" de distribution de cartes routières. AFP
Photo prise le 28 juin 1977 sur une autoroute française d'un homme à cheval déguisé en Indien donnant des indications à une automobiliste, lors d'une opération de "Bison Futé" de distribution de cartes routières. AFP © AFP / AFP

Bison Futé est né en 1976. Bison futé n’est pas un bison mais un chef indien. C’est un Sioux et, c’est bien connu, le Sioux est un excellent pisteur. Tam-tam, casque à cornes et coiffe de plumes. La France hurle de rire. On avait déjà eu "Y a bon Banania", alors, vraiment, Bison Futé, fallait y penser.

Avant, pour avoir des nouvelles de la circulation on écoutait simplement la radio. Dans les années 1950, les Français achètent massivement des automobiles et les premiers bouchons apparaissent. 10 ans plus tard, on crée un Centre d’information routière basé à Rosny-sous-bois. 

Bison Futé a été pensé en réponse aux bouchons historiques du mois d'août 1975. 600 kilomètres de bouchons cumulés sur la nationale 10 en direction de l’Espagne. Du jamais vu pour l’époque, des dizaines de milliers de voitures à l’arrêt, pare-chocs contre pare-chocs. Tollé médiatique. C’est la crise. Il fallait trouver une solution avant la prochaine transhumance de l’été. Des agences de publicité planchent sur le problème. Toute l’Arche de Noé y passe : de Ginette la girafe, censée dominer la situation, à l’oiseau Timothée qui voit plus loin, en passant par le dauphin, la tortue et le lapin... Finalement, tout le monde se mettra d’accord sur le chef indien

Plusieurs fois Bison Futé a bien failli être scalpé. En 2001, par exemple, il n’a pas du tout anticipé les conséquences de la réforme des 35 heures et des RTT. Pas facile de s’adapter au changement de société. Et, même si Bison Futé a été relooké, rajeuni, les nouvelles technologies risquent d’avoir sa peau. Pas sûr que le petit Amérindien passe la cinquantaine.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.