Il paraît que John Wayne affirmait « J’ai joué John Wayne dans tous mes films… et ça m’a pas mal réussi ». Nos deux cowboys Collin & Mauduit, avec le critique de cinéma Jean-François Rauger et le réalisateur, Bertrand Tavernier, décryptent le l'image du cow boy américain.

John Wayne dans "The Sheperd in the hills", ("Le retour du proscrit" ou "Prisonnier de la haine") un film de Henry Hathaway, sorti en 1941
John Wayne dans "The Sheperd in the hills", ("Le retour du proscrit" ou "Prisonnier de la haine") un film de Henry Hathaway, sorti en 1941 © Getty / Bettmann

"La chevauchée fantastique, Le Massacre de Fort Apache, L'Homme tranquille, Rio grande... John Wayne a tourné plus de 200 films. Pas mal pour celui qui a passé son enfance non loin du désert des Mojaves, et sa vie d'acteur, à chasser les Indiens en défendant les valeurs républicaines de son pays.

En 1930, le cinéaste Raoul Walsh cherche un comédien, pour son prochain western. Il aimerait tourner avec Gary Cooper, mais il n'est pas libre. C'est alors le réalisateur voit un jeune accessoiriste sur le plateau de tournage. Il s'appelle Michael Morisson et il décroche le premier rôle. Raoul Walsh veut lui faire changer de nom. Il pense à ce héros de l'indépendance, le général Anthony Wayne... 

Sans même être consulté, Michael Morisson est devenu John Wayne.

Né en 1907, il a passé son enfance très proche des Indiens de Californie, il va à l'école à cheval, et très vite il apprend à tirer au fusil... Puis, il débarque dans la banlieue de Los Angeles avec sa famille. Très sportif, et grand (1,90m), il joue au football américain. Il se fait de l'argent en étant ouvreur de cinéma. Puis, après ses études, il est accessoiriste sur les plateaux. Job, naturel à Hollywood. C'est là qu'il est repéré. 

Son premier grand rôle sera avec Raoul Walsh : La piste des géants (The big trail) un film monumental, une grosse production, mais c'est un échec commercial. Débute alors une traversée du désert pour John Wayne qui vient à peine de commencer dans le 7e art. Il songe à arrêter : il est un temps agent immobilier, un temps boxeur, et il joue dans de mauvais westerns...

En 1937, John Ford l'appelle et l'invite à passer deux jours sur un bateau pour lui faire lire un scénario

John Ford le fait venir comme consultant. Il lui demande qui verrait-il pour le rôle phare. Par pudeur, John Wayne ne propose pas son nom, mais finalement, il décroche un rôle dans La Chevauchée fantastique. C'est le film qui va le propulser au rang de star du western. Ce sera un succès mondial ! 

John Ford et lui étaient resté amis même lorsqu'il il était acteur de série Z. Ensemble, ils jouaient au cartes et le réalisateur le faisait patienter. Le rôle de Ringo Kid dans La chevauchée fantastique est un rôle magnifique de hors-la-loi au grand cœur. 

A un moment, pour frimer à la manière d'un cow boy, John Wayne, doit faire une sorte de tourniquet une carabine Winchester. Avec Ford, ils ont calculé précisément la meilleure manière de faire ce geste. Et ils avaient même conçu la carabine exprès pour que ce soit le plus naturel et le plus fluide possible. Et c'est ce geste-là qui fait entrer John Wayne dans l'histoire du cinéma."

La suite à écouter...

Rediffusion du 16 mai 2015

Les références

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.